Un roi sans divertissement

9782070362202

Un roi sans divertissement

Auteur : Jean Giono

Editions Folio

Paru en 2003

Genre : Classique

 

Une fois n’est pas coutume, je vais présenter un classique… Que j’ai bien aimé ! Oui car après les deux échecs de lecture de classiques survenus cette année (Le rêve d’Emile Zola et Jacques le fataliste et son maître de Diderot que je n’ai même pas terminé…), il fallait bien que je remette le couvert. Et là, franchement, cela a été une très bonne surprise. Qui plus est la couverture et l’ambiance vont parfaitement bien avec le froid de Décembre.

Qui donc a profité des neiges pour égrainer un chapelet de cadavres ? Dans ce village du Dauphiné, l’arrivée du printemps rejette ses secrets et ses morts : au bout de trois victimes, on finira par faire appel à un spécialiste, le commandant Langlois, qui découvrira bien vite la vérité. Mais pourra-t-il y survivre ?

Étranges personnages que ceux de ce récit ; étrange roman, qui tient du théâtre de l’absurde, du conte séculaire et de la parabole. Parabole laïque sur un seul thème, dont la pensée de Pascal « Un roi sans divertissement est un roi plein de misère » donne la clef : l’ennui existentiel guette les hommes, s’ils ne s’inventent pas des divertissements efficaces, consistants. C’est ce qu’avait bien compris l’assassin des neiges ; c’est ce que finira par comprendre Langlois, à son corps défendant.

Avec ce drame d’une vie en trois actes, Giono inaugurait une série romanesque très noire, centrée sur l’analyse du mal et de la misère humaine.

Je vous ai mis le résumé trouvé sur Livraddict et c’est plutôt sympa, car moi j’ai eu un résumé totalement fumeux qui ne me donnait pas du tout envie de le lire et qui ne rendait pas du tout compte de ce qu’il y avait dans ce roman. Alors du coup, je ne savais pas que c’était en trois actes et je ne savais pas ce qui se passait dedans. Tout ce qui était écrit c’est que l’histoire partait d’un arbre qui en fait n’avait rien à voir dans l’histoire… Super! Bon ceci dit, je ne vois pas très bien où est-ce qu’ils parlent de misère humaine là-dedans non plus… En gros c’est l’histoire d’un type qu’on va suivre dans trois étapes importantes de sa vie. C’est tout ce qu’il y a à savoir et ce n’est pas plus passionnant que ça.

Alors qu’ai-je aimé dans ce livre me direz-vous? C’est vraiment et totalement la narration de Jean Giono. Quel délice! Il a réussi à me faire entendre le silence des paysages enneigés, me faire sentir le froid de la neige et la peur du mal. Je ne suis pas une littéraire et je ne connais pas les termes exacts, mais j’ai l’impression qu’il écrit des sons plus que des mots. C’est donc un peu particulier aux premiers abords, mais totalement efficace pour vous plonger au cœur de l’hiver. Ce que j’aime bien aussi c’est que le narrateur est hyper présent. On a l’impression qu’il raconte l’histoire de son point de vue et cela rend le récit hyper vivant. Cela pourrait être lourd, mais c’est fait avec beaucoup de finesse.

Les deux premiers tableaux, la chasse à l’Homme et la chasse au loup, présentés par l’auteur m’ont complétement époustouflés. Par contre la troisième partie ne m’a absolument pas touchée et j’ai trouvé ça très long… Dommage de finir sur une note aussi négative alors que la surprise de cette lecture était très bonne.

En bref,

J’ai apprécié ma lecture. Ce qui est bien dommage c’est qu’il était bien parti pour être un coup de cœur mais que la troisième partie a fait retomber mon enthousiasme comme un soufflé. L’auteur a su me transporter au cœur de l’hiver dans cette petite commune.

Ma note : 4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s