Les chroniques de Narnia, tome 1 : le neveu du magicien

couv59284337

Les chroniques de Narnia, tome 1 :le neveu du magicien

Auteur : CS Lewis

Editions Folio Junior

Paru en 2001

Genre : Fantastique, Jeunesse

 

Cela fait un moment que je souhaitais commencé Les Chroniques de Narnia. Ce n’est pas que l’histoire me tentait particulièrement, mais j’ai toujours une grande curiosité pour les classiques de la littératures fantastiques jeunesse. Ces livres que tout le monde encense car ils les ont fait rêver et aimer la lecture alors qu’ils étaient tout jeune! Je n’ai pas vraiment peur de m’attaquer à la littérature jeunesse car je sais me remettre dans la tête de moi jeune (oui, moi, éternelle enfant!). Et je suis bien moins exigeante pour ce type de lecture. Pour ce premier tome, j’ai été plutôt enchantée, même si on ne retrouve pas toute l’ampleur attendue des chroniques de Narnia. Je dirais que ce n’est qu’une mise en place de l’univers pour le développement de toute la mythologie derrière. Alors mettons un pied ensemble dans le monde de CS Lewis

II était une fois, à Londres, la petite Polly qui vivait une vie tranquille, jusqu’au jour où elle rencontre son nouveau voisin, Digory. Héla, Digory vit avec sa mère malade – son père est parti aux Indes et son vieil oncle est à moitié fou. Et s’il était plutôt magicien? II propose aux deux enfants d’essayer des bagues magiques qui doivent les transporter dans un monde inconnu. Projetés au milieu d’une merveilleuse forêt, les deux amis découvrent qu’en sautant dans chacune des mares de la forêt, ils atterrissent dans un monde différent. Malheureusement, tous les mondes ne sont pas heureux. Dans l’un d’entre eux ils trouvent une sorcière maléfique. Elle les suit dans le monde le plus enchanté qu’il leur est donné de découvrir: le monde de Narnia. C’est une terre entièrement neuve, un paradis qui naît sous leurs yeux: des animaux innocents apparaissent, des plantes délicieuses poussent, dont cet arbre magique, porteur d’un fruit qui pourra peut-être guérir la mère de Digory.

Vous qui n’aimez pas trop la jeunesse, passez votre chemin. Et oui, c’est clair, le style est enfantin, les décors sont colorés, les dialogues sont simples, les méchants sont méchants, les gentils sont gentils, les enfants ont des préoccupations d’enfant (ne pas être en retard pour le dîner),… Et je trouve ça génial pour des enfants qui n’auront pas de mal à se projeter dans cette histoire. De quoi faire rêver ou bien frissonner nos charmantes têtes blondes.

L’intrigue est écrite comme un conte. Rien de bien original dans la construction : Introduction, élément déclencheur, péripéties, dénouement et situation finale. Comme on apprend à la petite école. Mais ce qu’il y a de génial, c’est que l’auteur utilise des éléments tout à fait banal du quotidien pour développer les événements extraordinaires : des bagues télétransporteuses, des flaques comme des portes vers d’autres mondes, une pomme qui donne la jeunesse éternelle, un cheval qui parle, une cloche qui déclenche des catastrophes… J’imagine déjà mes enfants, quand ils auront lu cela (et oui, ils le liront), s’inventer 1001 aventures en m’empruntant une bague, en sautant dans les flaques ou en croquant une pomme. Pas besoin de talent particulier, pas besoin d’objets étranges, tout un chacun peu vivre de belles aventures s’ils tombent sur un objet banal aux propriétés extraordinaires.

En dehors de cela, l’auteur a une imagination dingue. J’ai tout particulièrement apprécié la création d’un monde nouveau (Narnia) et la description du début de sa mythologie. Il a pensé à créer le décalage temporaire qui est nécessaire si l’on veut que le retour à la réalité ne soit trop étrange (genre les parents qui s’en fichent que leur gamin ait disparu pendant 3 jours) et surtout, si l’on veut que nos petits héros restent jeunes. Les personnages sont intéressants, même si les deux enfants manquent un peu de profondeur. Mais si j’ai bien compris ce n’est qu’un préquel à la vrai histoire des chroniques de Narnia, donc il est vrai que ces personnages-ci, on s’en fiche un peu. J’ai donc hâte de découvrir la suite des événements!

En bref,

C’est clair, les chroniques de Narnia se veulent résolument jeunesse. S’il me manque un peu de complexité et un peu de profondeur aux personnages, j’ai été charmée par les décors colorés, les situations loufoques et l’imagination immense dont a fait preuve l’auteur. J’aime qu’il ait détourné l’usage d’objets banals pour stimuler l’imagination des petits lecteurs et leur faire vivre plein d’aventures superbes. Je peux pas dire que c’est un coup de coeur (il me faudrait quelques années de moins je pense), mais je recommande chaudement cette lecture, surtout aux jeunes de 8-10 ans!

Ma note : 4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s