Millenium, tome 1 : les hommes qui n’aimaient pas les femmes

Millenium, tome 1 : les hommes qui n’aimaient pas les femmes

Auteur : Stieg Larsson

Editions Audiolib

Paru en 2008

Genre : Policier

 

J’adore les films Millenium (surtout le premier). J’adore la voix d’Emmanuel Dekoninck (découverte sur 1Q84 et qui absolument transportée). Alors quand il a fallu que je choisisse un nouveau livre audio, j’ai regardé ce qu’Emmanuel Dekoninck a lu et quand j’ai aperçu Millenium, j’ai sauté dessus!

Ancien rédacteur de Millénium, revue d’investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d’une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu’un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée, placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu’il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu’au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier. Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers. lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l’écorchée vive vont résoudre l’affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu’il faudrait peut-être taire.

Bon, je suis à la bourre concernant mes chroniques… Oui, oui, oui. Habituellement, ce n’est pas très grave, mais pour ce livre là cela me pose un petit problème. C’est que je ne me souviens pas bien de ce que je ressentais au début de ma lecture. Globalement j’ai beaucoup aimé ma lecture (enfin, mon écoute), et je sais que ça met du temps à démarrer, mais je ne crois pas m’être ennuyée. Par contre, je ne me souviens pas pourquoi, alors que pour le tome 2, le début de l’histoire m’a vraiment, vraiment, vraiment pas plu… (bientôt la chronique?). J’ai plusieurs hypothèses : la première est que je retrouvais un peu l’ambiance du film et que je me suis laissée portée, la deuxième est que je m’amusais à comparer les différences entre film et livre, la troisième est que l’affaire Wennerstrom (merci google pour l’orthographe) m’a paru extrêmement opaque dans le film et que les détails du livre m’ont permis de mieux comprendre cette partie-là de l’intrigue. C’est peut-être même un savant mélange de toutes ces hypothèses.

Alors qu’ai-je aimé dans ce livre? La première chose, l’ambiance. J’adore cette ambiance, froide, noire, où on se méfie de tout le monde. Qui plus est cette ambiance est de plus en plus pesante et le trouillomètre monte doucement, mais sûrement. Je trouve que dans le genre Stieg Larsson a fait fort! Il n’y a pas une débauche d’action, ni de menace physiquement réelle avant les dernières pages, mais c’est une menace inconsistance, qui plane au-dessus de la tête de nos héros, sans qu’on arrive vraiment à l’identifier et ça j’adore!

La deuxième chose que j’ai aimé, ce sont les personnages, et tout particulièrement Lisbeth que je trouve absolument formidable. Une vraie anti-héroïne qui ne se transformera pas comme par enchantement en une héroïne comme on peut le voir dans beaucoup d’histoires. Non, elle a ses défauts, elle les assume, elle vie en marge et elle n’a pas envie de faire d’effort pour en sortir. Et pourtant, malgré son caractère pourri, on ne peut s’empêcher de l’aimer. Forcément face à elle, Mickaël parait un peu plus fade… J’ai aussi aimé tous les méchants de l’histoire qui sont absolument diaboliques.

Ce qui a souvent été critiqué, c’est le choix de l’auteur (et c’est la même chose pour le film) d’aller dans les détails pour certaines scènes particulièrement glauques et sordides. Pour ma part, je pense que l’auteur ne l’a pas fait par excès de sadisme. Je n’aime pas du tout ces scènes (je me cache d’ailleurs les yeux quand je regarde le film à ces moments-là), mais le thème du roman est clairement indiqué dans le titre : « les hommes qui n’aimaient pas les femmes ». Alors s’il voulait montrer toute l’étendue de la haine que certains hommes pouvaient éprouver envers les femmes, est-ce qu’il fallait vraiment cacher les actes que cela pouvait engendrer?? Je pense qu’il a eu assez de cran pour ne pas faire preuve d’un excès de pudeur sur ce point et que sans ça, on aurait peut-être mieux accepter ces actes haineux, car passés sous silence (comme souvent dans notre société).

En bref,

Un livre que j’ai beaucoup aimé. Certes le début est très long à se mettre et place et je pense que cela rebuteraient beaucoup de lecteurs. Mais passer ce moment, l’ambiance, les personnages, les différents événements, nous font tellement frissonner que cela vaut la peine de passer outre. A ne pas confier aux lecteurs qui aiment l’action et quand ça déménage. C’est avant tout un thriller psychologique qui demande qu’on prenne le temps de s’imprégner de l’histoire au rythme de l’enquête longue et minutieuse des personnages.

Ma note : 4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s