Le roi des fougères

couv55437038

Le roi des fougères

 Auteur : Jean Anglade

 Editions France Loisirs

 Première parution en 1996

 Genre : Aventure, Terroir

J’ai trouvé ce petit livre dans une boîte aux livres. La couverture et la petitesse du livre m’ont intrigué. J’ai sauté sur l’occasion de le lire alors que je patinais dans ma lecture du moment, juste pour avoir la sensation d’avancer réellement. Le bilan est plutôt mitigé.

Zébédée, 10 ans, est très fier de son père, martiniquais, conducteur du tramway qui relie Montferrand à Royat. Lorsqu’un inspecteur de la Compagnie reproche son alcoolisme à ce père qu’il admire, l’enfant humilié, fuit en direction du Puy de Dôme. Recueilli par un marginal solitaire qui vit dans une caverne et se prétend « le roi des fougères », l’enfant découvre la liberté et la fantaisie…

C’est un petit conte, donc c’est vrai qu’on ne doit pas trop en demander. Cependant, il m’a manqué quelques petites explications qui m’auraient peut-être permis de comprendre là où voulait nous emmener l’auteur. Le personnage de Zébédée est plutôt touchant, mais les autres personnages sont assez peu exploités. Peut-être est-ce voulu, car on vit l’histoire par les yeux d’un petit garçon de 10 ans. Ceci dit, il m’a manqué un peu de nuances, j’ai trouvé tout un peu trop factuel.

Le conte est plutôt joli et permet au lecteur adulte de mieux comprendre les attentes d’un petit garçon. Il a besoin de rêver, d’imaginer et de croire. C’est ce qu’offre ce roi des fougères : une vie en marge ou tout n’est que découvertes et aventures. Alors, certes, Zébédée passera par quelques déceptions, mais il reste persuadé que la vie dans sa famille n’a rien d’enviable. Vivre avec le Roi des fougères, c’est un peu se soustraire à la réalité qu’il a entraperçu lorsqu’il a vu les défauts de son père. A 10 ans, Zébédée sort de son beau monde d’enfant pour entrer dans  un monde bien plus réel et concret et cela fait peur. J’ai aimé ce que l’auteur a raconté, mais je trouve qu’il manque un peu de développement sur la fin qui l’a rendrait moins triste et ajouterai de l’espoir aux enfants qui pourrait lire ce petit livre.

En bref,

J’ai aimé le Roi des fougères qui m’a transporté dans la peau d’un enfant de 10 ans l’espace de 90 pages. Par contre, je trouve la morale triste et les personnages ont manqué de reliefs à mon goût. J’aurais aussi aimé plus d’explications, même si le parti pris de l’auteur de nous faire vivre l’histoire à travers Zébédée l’a empêché d’en ajouter.

Ma note : 3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s