Les épées de glace

couv27031886

Les épées de glace

 Auteur : Olivier Gay

 Editions Bragelonne

 Première parution en 2015

 Genre : Fantasy

L’intégrale des épées de glace est tellement belle et tellement aimée que je pensais adorer du premier coup. Mais j’ai dû diviser ma lecture en deux car je piétinais dans ma lecture. Pourtant, l’écriture d’Olivier Gay est très sympa et j’aurais pu apprécier me laisser emportée dans ce récit, si un petit truc ne m’avait pas chiffonné tout du long… Dommage!

« Lorsque Deria, fille d’un obscur baron du Nord, est retrouvée assassinée dans la capitale, les plus puissants de l’Empire font tout pour cacher sa mort à son père.
Les deux amis les plus proches de la jeune fille, Shani, sa servante, et Mahlin, un garde du palais, se retrouvent alors mêlés malgré eux à cette conspiration. N’écoutant que leur cœur, ils décident de se rendre dans le Nord annoncer eux-mêmes la nouvelle au mystérieux baron.

Ils n’auraient sans doute jamais entrepris un tel voyage, s’ils avaient su qui était réellement le père de Deria.

Car, désormais, l’Empire va trembler»

Vous l’aurez compris avec le résumé, c’est une histoire de vengeance, qui déménage. Alors c’est clair, il y a de l’action. On ne peut pas s’ennuyer en lisant ce roman. Je vous conseille de prendre une grande inspiration avant de vous lancer dans cette lecture, car cela n’arrête jamais et si habituellement, on a besoin de prendre du recul pour comprendre complétement les enjeux et poser les bases de l’univers dans lequel l’auteur nous immerge, Olivier Gay arrive avec brio à mettre tous ces éléments sans faire cesser l’action. Et tout ça, sans perdre en clarté pour le lecteur. Si vous avez envie d’une histoire qui se lit super bien et qui vous plonge dans un bain de sang, alors jetez vous dans ce roman.

J’ai été un peu étonnée au début en retrouvant beaucoup d’éléments proches de Game of Thrones. Si ces similitudes peuvent en rebuter plus d’un, cela ne m’a pas gênée. Il est vrai qu’au début, cela m’a un peu déconcentrée, plus occupée à rechercher les parallèles qu’à m’inquiéter de la destinée de nos héros, mais l’histoire s’écarte tellement de celle du Trône de Fer par la suite, que je ne crierai pas au plagiat, mais je considérerai tout ceci plutôt comme un hommage bienveillant. Pour autant, j’aurais peut-être apprécié un peu plus d’originalité.

Concernant les héros, je ne m’y suis pas vraiment accrochée. Shani se transforme de manière si spectaculaire et (de mon point de vue) irréaliste, que je ne pouvais pas le trouver touchante. Mahlin est plutôt un héro non conventionnel, mais je l’ai trouvé assez creux sous les traits marquants de sa personnalité. Et pour Rekk, bah… Je ne peux tout simplement pas adhérer à son mode de pensée. En fait, je pense que j’aurais pu m’attacher à certains personnages, si le traitement de la violence ne m’avait pas autant déranger.

Et oui, car pour moi, c’est ce qui m’a le plus bloqué durant toute ma lecture. On s’attend à ce que l’histoire soit violente et sanglante. D’ailleurs après ma lecture de De fièvre et de sang de Sire Cédric, je peux dire que j’y suis immunisée. Mais ce qui m’a vraiment gênée c’est que tout le monde adule le boucher pour sa violence et personne ne le remet en question. Même pas les héros Shani et Mahlin qui sont un instant horrifiés par son caractère, mais qui tournent rapidement à l’adoration. J’ai tellement été perturbée qu’en arrivant page 470, quand ENFIN j’ai trouvé une citation qui illustrait ce qui tournait dans ma tête en boucle depuis le début, je l’ai noté. Et pourtant, je ne relève jamais de citation. Mais celle-ci je l’ai tellement attendu… Ceci dit, elle est arrivée beaucoup trop tardivement à mon goût.

En bref,

La plume d’Olivier Gay m’a beaucoup plu et je serai heureuse de le lire de nouveau. Cependant, le traitement de la violence dans ce roman m’a vraiment empêchée d’apprécier ma lecture et a mis une grande distance entre les personnages et moi. Ce n’est donc pas une lecture que je retiendrai et j’espère pouvoir piocher un titre qui me conviendra mieux la prochaine fois que je lirai du Olivier Gay.

Ma note : 2/5

Citation

Publicités

5 réflexions sur “Les épées de glace

    • C’est sûr que c’est violent. C’est un peu teash mais comme le rythme est très rapide on passe sur les détails gores rapidement. Par contre pour mon ressenti sur le traitement de la violence, j’ai bien l’impression de faire partie d’une minorité. Beaucoup d’autres n’ont pas été gênés. Donc à voir… c’est peut-être moi qui suis trop sensible sur le sujet?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s