Gardiens des cités perdues, tome 3 : Le grand brasier

Auteur : Shannon Messenger

Editeur : Lumen

Année de parution : 2015

Nombre de pages : 598

Genre : Fantasy, Young-Adult

Je continue la saga Gardiens des Cités Perdues de Shannon Messenger en empruntant les tomes à ma cousine et c’est toujours une lecture que j’intercale quand j’ai besoin d’avoir l’impression d’avancer rapidement. La dynamique de l’écriture et la mise en page de Lumen donne un livre où les pages sont rapidement tournées.

Quatrième de couverture du tome 1

Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à voix haute. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’Histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde. Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ? Un premier roman baigné de magie, dont la fantaisie et le sens du suspense font des miracles, et où éclate le talent indéniable de Shannon Messenger. Un nom à retenir !

Ce tome est certainement essentiel pour l’avancée dans la saga. Elle ouvre des portes vers des cultures inconnues, elle permet d’avancer sur les différentes organisations souterraines et affirme Sophie dans ses choix de vie et de combat. Donc oui, ce tome est clairement essentiel pour la suite, mais il souffre de la maladie des milieux de saga. Le rythme est plus mou et même si on n’avance, pour éviter que cela soit téléphoné, on piétine un peu ce qui donne une impression de lenteur. D’autant plus que plusieurs événements interviennent et semblent complétement déconnectés les uns des autres.

Bon après, soyons clairs, c’est un très bon roman tout de même. Je trouve simplement qu’il est légèrement moins rythmé et moins passionnant que les précédents. Mais la tension monte au fur et à mesure de l’histoire et tout cela finit en apothéose. Les personnages ont parfois des réactions qui m’ont un peu exaspérée, mais le traitement des personnages est complétement justifié au vu de leur caractère. L’autrice ne trahi jamais ses personnages et c’est très agréable!

Ma note : 3/5

J’ai passé un bon moment, même si j’ai trouvé le tout un peu moins rythmé et passionnant que les deux tomes précédents. Je lirai la suite avec grand plaisir, d’autant plus que le choix que fait Sophie à la fin du tome 3 promet des révélations et de l’action dans le tome 4.

Publicités

L’épée de vérité, tome 9 : La chaîne de flammes

Auteur : Terry Goodkind

Editeur : France Loisirs

Année de parution : 2010

Nombre de pages : 640

Genre : Fantasy

J’ai décidé d’avancer sur cette saga pour essayer de la terminer et de ne plus en entendre parler. J’ai beaucoup apprécié le tome 7 qui prenait le contre-pied des tomes précédents et j’ai été déçue par le tome 8 que j’ai trouvé inconsistant et rébarbatif malgré le sérieux potentiel. Alors qu’en est-il du tome 9 ? Une réussite ?

Quatrième de couverture du tome 1

Jusqu’à ce que Richard Cypher sauve cette belle inconnue des griffes de ses poursuivants, il vivait paisiblement dans la forêt. Elle ne consent à lui dire que son nom : Kahlan. Mais lui sait déjà, au premier regard, qu’il ne pourra plus la quitter. Car désormais, le danger rôde en Hartland. Des créatures monstrueuses suivent les pas de l’étrangère. Seul Zedd, son ami le vieil ermite, peut lui venir en aide… en bouleversant son destin. Richard devra porter l’Épée de Vérité et s’opposer aux forces de Darken Rahl, le mage dictateur. Ainsi commence une extraordinaire quête à travers les ténèbres. Au nom de l’amour. A n’importe quel prix.

Le début du tome 9 sentait du très très très bon! J’ai adoré le scénario de base choisi par l’auteur. Plus personne ne se souvient de Kalhan à part Richard et du coup, il passe à moitié pour un dingue. C’est, à ma connaissance, la première fois où les compatriotes de Richard vont vraiment aller à son encontre. Et pour se faire, ils vont monter des stratagèmes plus ou moins alambiqués. C’était assez drôle de voir le désarroi de ses amis qui ne comprennent pas ce qu’il se passe dans la tête de Richard et cela aurait pu même être épatant si l’auteur avait réussi à faire douter le lecteur sur la véracité de ce qu’il avait lu dans les tomes précédents.

Seulement voilà, ce n’a pas été le choix de l’auteur, car très rapidement, l’auteur sème des indices gros comme un éléphant dans un magasin de porcelaine qui sont censés nous guider vers la vérité. Mais POURQUOI?!!! Pas le temps de douter et de se poser des questions. J’ai compris très rapidement l’imbrication entre le récit des magiciens/prophètes et celui de Richard (ce n’est tout de même pas compliqué). Ce qui est étonnant, c’est que quand les personnages se retrouvent enfin avec tous les éléments entre leurs mains, ils ne font pas immédiatement le rapprochement comme le lecteur peut le faire. Ce sont censés être des sages, des conseillers politiques et des puits de connaissance, mais en fait ils sont complétement aveugles et stupides. Je m’étais déjà fait la réflexion lors du tome 8, je renouvelle cette impression lors du tome 9… C’est bizarre mais j’ai l’impression que les personnages secondaires étant plus charismatiques que Richard, Terry Goodkind a voulu remettre Richard et Kalhan sur leur piédestal mais en diminuant les capacités cognitives des autres. Raaaaaaah c’est un peu frustrant!

Mais ce qui écorne réellement l’image de Richard au final, c’est que j’ai l’impression que c’est un donneur de leçon qui ne fait que répéter en boucle les mêmes préceptes. Car oui, ce tome-ci j’ai encore eu un goût amer de radotage incessant. Peut-être est-ce que cela a toujours été le cas sur les précédents tomes? Mais soit je n’en ai plus de souvenir, soit ce petit défaut m’est devenu de plus en plus insupportable… Si vous avez lu la saga, je serai curieuse de savoir si vous avez eu la même impression de redites et sur quels tomes de la saga?

Ma note : 2/5

Une lecture décevante pour moi, même si je l’ai plus apprécié que le tome 8. Mais j’avoue en avoir un peu marre d’avoir l’impression de lire du radotage. Les personnages secondaires que j’adorais perdent également de leur substance et de leur utilité (en fait ils deviennent plus des fardeaux qu’une réelle aide). J’irai au bout car il ne me reste que deux tomes et qu’il parait que le tome 11 est épique… Et cela sera fait en 2019, comme ça, j’en aurai fini avec une saga qui ne me correspond plus vraiment même si cela avait été un coup de cœur à une époque bien lointaine.

Gardiens des cités perdues, tome 2 : Exil

Gardiens des cités perdues 2

Gardiens des cités perdues, tome 2 : Exil

Auteur : Shannon Messenger

Editions Lumen (2015)

Paru en 2013 (VO)

Genre : Fantasy

 

Bon ce n’est pas la bonne image puisque je le lis en édition Lumen, mais le texte reste identique ! J’avais emprunté il y a un bon moment le tome 1 à ma cousine. Et lors de ma dernière visite, je lui ai piqué le tome 2 et le tome 3, puis le tome 4 et le tome 5. Je ne sais pas… Une envie de continuer et de voir ce que Shannon Messenger a dans le ventre. Alors… A votre avis, ce tome 2 a-t-il été à la hauteur ?

Quatrième de couverture du tome 1 :

Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à voix haute. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’Histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde. Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ? Un premier roman baigné de magie, dont la fantaisie et le sens du suspense font des miracles, et où éclate le talent indéniable de Shannon Messenger. Un nom à retenir !

Lire la suite

L’épée de vérité, tome 8 : L’empire des vaincus

L'épée de vérité 8

L’épée de vérité, tome 8 : L’empire des vaincus

Auteur : Terry Goodkind

Editions France Loisirs (2009)

Paru en 2008

Genre : Fantasy

 

J’avance doucement dans cette saga et cela me fait plaisir de vous dire que j’ai terminé le tome 8. YEAH! Plus que 3 tomes avant la « fin » de la saga (même si ce n’est pas la vraie fin, mais cela sera la fin pour moi). trois tomes, cela devient raisonnable. Je me promets de ne plus me lancer dans des sagas à rallonge… (J’ai croisé les doigts derrière mon dos)

Quatrième de couverture du tome 1 :

Jusqu’à ce que Richard Cypher sauve cette belle inconnue des griffes de ses poursuivants, il vivait paisiblement dans la forêt. Elle ne consent à lui dire que son nom : Kahlan. Mais lui sait déjà, au premier regard, qu’il ne pourra plus la quitter. Car désormais, le danger rôde en Hartland. Des créatures monstrueuses suivent les pas de l’étrangère. Seul Zedd, son ami le vieil ermite, peut lui venir en aide… en bouleversant son destin. Richard devra porter l’Épée de Vérité et s’opposer aux forces de Darken Rahl, le mage dictateur. Ainsi commence une extraordinaire quête à travers les ténèbres. Au nom de l’amour. A n’importe quel prix.

Lire la suite

Le cénacle des consciences, tome 1

Le cénacle des consciences1

Le cénacle des consciences, tome 1

Auteur : Anne Chevallier Maho

Editions ACM

Paru en 2015

Genre : Fantasy, Jeunesse

 

Ce livre m’a été offert par mon papa qui a rencontré l’autrice par hasard lors d’un festival (le festival interceltique de Lorient). C’était très plaisant de recevoir un livre de mon papa et dans mon genre de prédilection qui plus est. Cependant, je pensais que le livre était de la science-fiction ado (la couverture est trompeuse) et je n’étais pas prête à cela encore. J’ai sauté sur l’occasion récemment pour ouvrir ce livre et le lire rapidement car ce sont 258 pages, très aérées, avec une police d’écriture assez grande. Alors verdict? Lirais-je la suite?

Quatrième de couverture :

À la suite d’un accident de spéléologie, Angéline, Jérôme et Clément se retrouvent coincés dans une caverne souterraine, à une profondeur inconnue. En examinant l’endroit, ils aperçoivent un mur artificiel. Les morceaux de roche sur le sol suggèrent qu’on a essayé de le dynamiter dans le passé, à plusieurs reprises. Sans succès apparemment. Curieusement, en posant simplement la main dessus, les trois jeunes parviennent à l’ouvrir et découvrent une géode. Ce qui s’y cache dépasse l’entendement. Pendant ce temps, Oscarine Le Bienheureux, experte dans le déchiffrage de textes anciens, se trouve dans la ville antique de Persépolis,en Iran. Un groupe de glyphes mystérieux, situé dans une salle dissimulée sous le Palais aux Cents Colonnes, la laisse perplexe. Il avait fallu utiliser une perceuse à ultrasons pour accéder à cet endroit, protégé par des portes en granit. Pourquoi tant de précautions pour de simples écritures ? Ces deux événements sont liés par l’une des plus grandes interrogations de l’humanité, celle de son unicité dans l’Univers.

Lire la suite

Elfes, tome 1 : Le crystal des elfes bleus

elfes1

Elfes, tome 1 : Le crystal des elfes bleus

Auteurs : Jean-Luc Istin et Kyko Duarte

Editions France Loisirs (2017)

Paru en 2013

Genre : Bande-dessinée, fantasy

 

J’entame enfin la saga Elfes que mon cher et tendre collectionne et qui me faisait envie. Ce qui est bien avec cette BD, c’est qu’à chaque tome, nous avons des histoires distinctes. Cela permet d’espacer la lecture de la saga sans problème de compréhension. Pour les amateurs de BD, cela permet également de découvrir les univers de différents illustrateurs et scénaristes puisque cela change à chaque tome. Et pour moi, cela a été une super découverte!

Quatrième de couverture :

Les Elfes bleus d’Ennlya, une petite ville portuaire du Nordrenn, ont tous été massacrés ! L’Elfe bleue Lanawyn et Turin, un homme réputé, enquêtent alors que toutes les pistes mènent vers un clan d’Yrlanais, ces Hommes du nord qui haïssent les Elfes.
Dans la cité île Elsemur, Vaalan une jeune Elfe bleue passe l’épreuve de l’eau des sens. La mère prophétesse voit son avenir proche, un avenir lié au crystal sacré.
« Celui qui contrôle le crystal, contrôle l’océan. »
Cette annonce fait grand bruit et il se murmure que Vaalann pourrait être le messie que les Elfes bleus attendent depuis plusieurs générations…

Lire la suite

Les bannis et les proscrits, tome 1 : Le feu de la sor’cière

Bannis 1.jpg

Les bannis et les proscrits, tome 1 : Le feu de la sor’cière

Auteur : James Clemens

Editions Milady

Paru en 2008

Genre : Fantasy

 

Cette saga est depuis une éternité dans ma PAL. J’ai acheté tous les tomes d’occasion quand j’étais petite. Mais je ne sais pas comment cela s’est passé, je n’avais pas/plus le tome 1. Donc je l’ai racheté plus tard, commencé, mais pas terminé, puis oublié où j’en étais et puis… Bref, j’ai décidé de remettre bon ordre dans tout ça, de tout reprendre depuis le début et de continuer enfin, maintenant que je suis mieux organisée et moins perdue dans mes lectures. Toute cette attente a-t-elle valu le coup?

Quatrième de couverture :

Par une nuit fatale, dans le merveilleux pays d’Alasea frappé par une malédiction, trois mages firent un ultime acte de résistance, sacrifiant tout dans l’espoir de préserver le bien. Cinq cents ans plus tard, au jour anniversaire de cette nuit sinistre, une petite fille hérite d’un pouvoir perdu depuis longtemps. Mais avant qu’elle puisse comprendre son terrible don, le Seigneur Noir lance ses monstres ailés pour la capturer et lui rapporter la magie embryonnaire qu’elle détient. Fuyant les hordes des ténèbres. Elena est précipitée vers une issue terrible… et vers la compagnie d’alliés inattendus. Formant avec eux une bande de parias et de hors-la-loi, elle va tenter de combattre les forces implacables du mal et de secourir un empire autrefois glorieux….

Lire la suite