La couleur des sentiments

couv46869004-gif

La couleur des sentiments

Auteur : Kathryn Stockett

Editions Audiolib

Paru en 2011

Genre : Historique

 

J’ai lu La Couleur des Sentiments de Kathryn Stockett , enfin, plutôt j’ai écouté le livre audio il y a de cela un bon moment maintenant. Mais vraiment, j’ai été tellement marqué par cette histoire que j’en ai un souvenir encore vif et je pense qu’il restera dans ma mémoire pendant longtemps!

Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée.
Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même laisser un mot.
Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

Quel plaisir de se plonger dans un roman de femmes !! Tous ces visages de femmes sont dépeints de manière tellement juste qu’on croirait véritablement qu’elles ont toutes eu une existence bien réelle. Elles sont toutes touchantes et fortes à leur manière, même celles qui présentent les pires défauts et que l’on peut détester pour ça. Ce n’est pas un roman manichéen, il n’y a pas les gentilles d’un côté et les méchantes de l’autre, il n’y a pas les blanches d’un côté et les noires de l’autre, il n’y a que des personnes qui pensent agir de la manière la plus juste en fonction de leur caractère, de leurs objectifs et de leurs représentations sociales. Alors bien entendu, certaines nous paraissent terriblement injustes, mais aucune n’a l’âme complétement noire. Si vous me suivez vous commencez à connaître mon amour pour les personnages bien dessinés comme ceci et qui semblent bien réels.

Sans grand étonnement, l’histoire m’a énormément plu. Ces femmes qui se battent pour améliorer leur destin et surtout taire le silence qui règne autour de la condition des noires dans les années 60 dans le Mississippi, cela ne pouvait que me séduire. Le rythme n’est pas effréné, il prend son temps, mais les histoires sont tellement intéressantes que je voulais toujours en savoir plus et que je suis restée accrochée jusqu’au bout! Même lorsque l’intrigue ralentissait et piétinait, les personnages sont tellement attachants qu’on aime à connaître leur quotidien… Bref, j’ai adoré!

Enfin, j’ai trouvé la plume de l’auteur très agréable. Le ton est adapté selon le narrateur et tout ceci est très bien fait. Qui plus est, les lectrices qui incarnent Aibeleen, Miny et Skeeter étaient parfaites! J’ai tout simplement adoré leur diction, leur tonalité, leur jeu d’acteur… ça a été un vrai bonheur de les écouter me conter cette histoire pendant presque 18 heures.

En bref,

Je pense qu’on peut dire que c’est un coup de cœur. Cette histoire me hante et  me reste en tête. J’ai l’impression d’avoir connu Aibeleen, Miny et Skeeter comme de réelles amies et elles me manquent un peu. Bref, j’ai l’impression d’avoir vécue avec elle, leurs aventures et ce ça qui est bon. Un livre à découvrir absolument!

Ma note : 5/5

Inca, tome 1 : Princesse du Soleil

Inca, tome 1 princesse du soleil Antoine B. DanielInca, tome 1 : Princesse du Soleil

Auteur : Antoine B. Daniel

Editions XO

Paru le 8 Mars 2001

Genre : Historique, Romance

Nombre de pages : 460 pages

 

Le premier tome de la trilogie Inca m’a été prêté par mon père. J’ai beaucoup apprécié ce petit clin d’œil à mon voyage récent en Amérique du Sud pendant lequel j’ai eu le grand bonheur de visiter la cité du Machu Picchu. Parcourir les fameuses ruines incas, cela a été pour moi une plongée dans un autre monde. Le mysticisme du lieu imprègne chaque pierre, la beauté du lieu est époustouflante et j’ai eu l’impression d’être réellement d’être dans un entre-deux monde. Alors forcément, j’attendais beaucoup de ce livre! J’étais avide de découvrir via ce livre la mythologie, l’histoire et le vécu de ces hommes

Antoine B. Daniel, l’acronyme de 3 romanciers, nous conte l’histoire d’une inca aux yeux bleus et d’un explorateur espagnol. Ils ont en point commun d’avoir eu un départ de vie un peu compliqué. Anamaya, par sa différence, est rejetée de tous et sa famille meurt sous ses yeux lors d’une guerre de clan. Elle va alors être capturée en tant que vierge à sacrifier aux dieux incas. Heureusement pour elle, l’Unique Seigneur Huayna Capac, va voir un bon présage dans le bleu de ses yeux et va la propulser, lors de son dernière souffle au rang honorifique de gardienne de son corps et médium qui portera ses conseils du monde des morts à la Terre. Gabriel est le fils mal-aimé d’un marquis espagnol qui va abandonné son titre et son héritage après que son père l’ait sorti de prison pour ne pas entacher son nom. Il se mêle alors à un groupe qui part à la conquête du Pérou sous la bénédiction du roi et de la reine.

Je suis plutôt mitigée sur ma lecture. J’ai trouvé le rythme de l’histoire inégal et les quelques longueurs sont plutôt difficiles à passer, notamment l’introduction de Gabriel qui m’a semblé totalement inintéressante jusqu’au moment où ils se lancent réellement vers le Pérou. De plus, la rencontre entre Anamaya et Gabriel ne se fait qu’à la fin du tome 1 alors que la 4ème de couverture nous promettait une épopée mêlée d’une histoire d’amour impossible… J’ai donc été plutôt déçue sur le côté romancé de l’histoire. Malgré tout, il faut garder à l’esprit que ce n’est que le premier tome d’une trilogie et qu’il est plus que probable que celui-ci ne serve qu’à poser les bases des événements qui vont suivre.

La découverte de la mythologie et des traditions qui entourent la vie des incas a été très agréable! On sent d’ailleurs que les auteurs du texte ont pris un soin tout particulier à mettre en valeur les différents Dieux, les croyances liées à la mort et certaines des lois qui régissent leur vie. D’autres sont survolé, mais cela ne gêne pas à la compréhension des événements. Cela peut être un peu frustrant si l’on est curieux d’en savoir plus, mais on comprend bien que cette civilisation est très complexe et qu’il n’est pas possible d’en détailler chaque aspect dans une version romancée. De tout cela se dégage une atmosphère planante dans laquelle il est très agréable de se perdre.

En bref,

J’ai beaucoup aimé ce livre pour ce qu’il raconte de la civilisation inca. La découverte des traditions à travers les yeux de la petite Anamaya est assez romancée pour estomper le côté trop scolaire, mais cela m’a permis d’en apprendre beaucoup, agréablement. Malgré tout, le roman présente beaucoup trop de longueurs ce qui m’a fait décrocher à de nombreuses reprises. Toute la réelle histoire ne se met en place qu’à la fin : la rencontre entre les deux héros, ainsi que la confrontation entre les espagnols et les incas. Je me suis donc sentie un peu bernée par la promesse qui m’était faite. Est-ce réellement nécessaire d’avoir une introduction aussi longue? Les événements qui ont été contés dans ce premier tome sont-ils réellement nécessaires à l’histoire? Je vous en dirai plus après la lecture des tomes 2 et 3 car malgré tout, j’ai envie de lire la suite (et ça tombe bien puisqu’on me les a aussi prêté).

Ma note : 3/5