Un livre à lire… : Sous un ciel de marbre

Aujourd’hui je vous présente Sous un ciel de marbre de John Shors.

 

Quatrième de couverture du 1er volume

« En 1632, Shah Jahan, empereur des Indes, rendu fou de chagrin par la mort en couches de son épouse adorée, Mumtaz Mahal, ordonne la construction d’un gigantesque mausolée en témoignage de son amour : le Taj Mahal. La fille du couple impérial, la princesse Jahanara, est chargée d’assister l’architecte Ustad Isa dans sa tâche. Commencent alors pour la jeune femme des années exaltantes, tandis que sous ses yeux s’élève un monument en marbre ciselé, éblouissant, incrusté de pierres précieuses ; des années dangereuses dans un empire ensanglanté par les luttes fratricides entre héritiers du trône ; des années de passion secrète, aussi. À travers son destin extraordinaire à l’ombre du Taj Mahal, la princesse Jahanara nous entraîne dans une envoûtante fresque orientale peuplée de palais opulents, de harems décadents, où s’épanouissent intrigues de cour et liaison interdites. »

Comment est-elle entrée dans ma PAL?

J’ai trouvé ce petit livre dans un vide grenier assez récemment. J’ai tout de suite été attirée par la couverture qui est simple, élégante et très douce. J’ai toujours été attirée par l’Inde, qui sait, un jour y mettrai-je peut-être les pied. Mais en attendant, un livre qui pourrait m’y transporter cela me convient totalement! Et en plus à l’époque de la construction du Taj Mahal, qui pour moi est le reflet de toute la poësie et la majesté de ce peuple. Au final, je connais très mal l’histoire de l’Inde et pas très clairement leur mythologie et leurs coutumes. Alors je suis ravie de bientôt m’y plonger!

Depuis combien de temps est-elle dans ma PAL? Et pourquoi n’en est-il pas sorti?

Tout simplement car je l’ai acheté assez récemment. Ceci dit, il m’attire beaucoup et même si je ne suis pas une grande adepte des livres historiques (surtout car je n’en ai pas trouvé qui m’ont réellement plu jusqu’alors), je pense que je trouverai bien un moyen de le caser dans mes lectures prochainement!! Lorsque j’aurais un peu envie de voyager par exemple!

Ne les crois pas

Ne les crois pas

Auteur : Sebastian Fitzek

Editions Le Livre de Poche

Paru en 2011

Genre : Policier, Thriller

 

Alors vous le savez maintenant, les polars ce n’est pas mon genre littéraire de prédilection. J’ai lu un Sebastian Fitzek car c’était un auteur que mon club de lecture nous invitait à découvrir en 2016. Après « les voisins d’à côté » de Linwood Barclay, qui a été une déception, je n’étais pas forcément hyper pressée de me replonger dans ce genre. Mais après le coup de cœur avec L’ange de la nuit, tome 3, je me sentais prête à tout affronter! Et j’ai bien fait, car j’ai beaucoup aimé ce livre, c’est même passé à un cheveu du coup de cœur.

Ils te diront que le suis morte ! Yann May, célèbre psychologue berlinois, est au téléphone avec Leoni, sa fiancée. La liaison est mauvaise, hachée. Toutefois, il l’entend dire: « Ne les crois pas. Quoi qu’ils te disent, ne les crois pas…  » Alors qu’il est encore en ligne, un policier sonne et lui annonce la mort accidentelle de Leoni, une heure plus tôt… Quoi qu’ils te disent… Huit mois ont passé. Ira Samin, une psychologue de la police, a décidé d’en finir. Mais, alors qu’elle s’apprête à passer à l’acte, un de ses collègues vient la chercher pour l’emmener dans une station de radio. Un forcené s’est retranché dans un studio et menace d’abattre un à un ses otages. … ne les crois uni ! Ira est chargée de mener les négociations. Bien vite, elle comprend que Yann a tenté ce coup de poker pour retrouver Leoni, qu’il refuse de croire morte. Et il est vrai que certains de ses arguments sont troublants…

Alors comme d’hab, je me sens pas hyper à l’aise pour commenter un genre littéraire auquel je ne suis pas habituée. J’ai lu quelques avis sur ce livre qui ne le trouvait pas assez surprenant… Pour ma part, c’est la première fois que je lis une intrigue de ce genre : on connaît le coupable, on connaît les victimes et on connaît assez rapidement le mobile. L’intrigue tourne surtout autour de la compréhension de Yann, mais aussi du passé d’Ira. L’objectif est de désamorcer une situation on ne peut plus explosive. Mais bien sûr, il y a des rivalités au sein de l’équipe de police avec des divergences d’opinion. Ira va donc essayer de démêlé cet imbroglio.

Ce qui m’a perturbé, c’est qu’Ira n’a quasiment aucune prise sur le déroulement de l’événement. Elle se fait malmenée par l’équipe de police, qui ne tient pas compte de son avis et qui lui cache des informations. Elle se fait aussi malmenée par le preneur d’otages. Et elle au milieu de tout ça essaie de combattre ses propres démons. En gros, elle ne maîtrise rien. Mais c’est peut-être ceci qui m’a incité à chaque page à aller voir plus loin pour connaître la suite des événements.

Pour être très honnête, j’ai totalement dévoré ce roman. J’ai malgré tout, un peu moins aimé la 3ème partie. J’ai malheureusement vu venir l’auteur avec ses gros sabots et deviné le dénouement avant la fin. C’est vraiment trop dommage! Je me suis même demandé pourquoi les protagonistes ne se sont pas attendus à certaines choses. Mais cela je l’excuse assez facilement car dans le feu de l’action et avec plein de choses en tête, c’est bien possible de louper certaines choses.

En bref,

J’ai vraiment beaucoup apprécié ma lecture! La fin n’est malheureusement pas parfaite puisqu’on devine très facilement. Dommage, car j’ai découvert un véritable page-turner et j’ai apprécié de découvrir l’aspect psychologique des personnages mis en avant. Je crois que je retenterai un Sebastian Fitzek car c’était un super bon moment de lecture. Je lui mets d’accord la note maximale car ce livre m’a réconcilié avec le genre policier, thriller et c’est top!

Ma note : 5/5

L’ange de la nuit, tome 3 : Au-delà des ombres

L’ange de la nuit, tome 3 : Au-delà des ombres

Auteur : Brent Weeks

Editions Bragelonne

Paru en 2015

Genre : Fantasy

 

C’est ma binômette du mois qui m’a confié la réjouissante mission de lire l’Ange de la Nuit, le tome 3. J’étais bien contente de son choix car ayant lu le tome 2 il y a peu de temps, le tome 3 n’était pas dans mes priorités (oui, ce n’est pas logique pour tout le monde, mais pour moi, ça l’est complètement!! Je sais, mon cerveau fonctionne bizarrement). Et pourtant, il me faisait très envie ce livre! Déjà il termine une saga, en plus, j’ai bien apprécié les tomes précédents et pour rien gâcher je trouve ces couvertures en cuir trop attrayantes, belles, MAGNIFIQUES… (oui je m’emballe). Donc parfait, parfait, c’est parti pour ce tome 3!

Le tueur parfait n’a pas de conscience, il a une mission.
Cénaria est un royaume brisé et exsangue où règnent la famine et le désespoir. Il n’est plus défendu que par une armée misérable. Kylar Stern voudrait placer son ami Logan sur le trône, mais comment réussir sans recourir au meurtre? Au nord, le nouveau Roi-dieu a un plan. C’est de la pure démence mais, s’il parvient à le réaliser, personne ne pourra plus l’arrêter. Kylar a enfin appris le prix tragique de l’immortalité. Pour sauver ses amis, et peut-être même ses ennemis, il doit accomplir l’impossible: assassiner une déesse. S’il échoue, il condamnera la moitié d’un continent. S’il réussit, il perdra tout ce à quoi il tient.

Alors comme je n’ai pas chroniqué les deux tomes précédents, je vais faire un petit résumé rapide de mon avis. Histoire de comprendre dans quel état d’esprit j’attaquais le troisième tome. Alors, le premier tome, je l’ai lu, il y a une éternité! Il y a 2-3 ans, je dirais. J’ai beaucoup apprécié, même si l’auteur m’a quelques fois perdu dans son monde, avec tous ces termes étranges et la multitude des personnages. C’est la première fois que je m’attaquais à de la fantasy aussi noire et cela ne m’a pas déplu. J’ai apprécié aussi voir le petit Azoth évoluer et essayer de se sortir de sa vie misérable. Le tome 2, je l’ai trouvé un peu plus lent. On se concentrait sur Kylar qui essayait de faire un choix de vie difficile. J’ai bien aimé, mais il m’a manqué un peu d’actions et les nouveaux personnages manquaient d’intérêt pour moi. J’en attendais donc énormément du tome 3.

Et bien, ma foi, j’ai été plus que servi! Tout ce que l’auteur a peu à peu introduit dans les deux précédents tomes se sont totalement illuminés dans ce troisième tome. Enfin, tout concordait! J’ai compris d’un coup tout son monde, les différentes cultures et les différents enjeux qu’il y avait derrière cette histoire. Ça peut paraître peu important pour certains, mais cela m’a permis de me sentir vraiment au centre de ce monde et de trembler pour le dénouement final. Et pas uniquement pour les destins individuels de nos héros, mais aussi du devenir du monde et des peuples qui l’habitent!

Les personnages se sont vraiment révélés dans ce tome. Pas un seul ne m’a été indifférent. Ceux qui sont apparus dans le tome 2 ont dévoilé toute leur profondeur et je m’y suis attaché, j’ai eu peur pour eux, j’ai été en colère contre eux et je me suis réjouie de leur bonheur. Autant dire que ce n’était pas gagné car je m’en fichais complètement dans le tome 2. Et pour les personnages principaux, ils ont eu une évolution dingue dans ce roman et ils ont enfin fait des choix alors qu’auparavant, ils essayaient encore de ménager la chèvre et le chou. Une relation m’a particulièrement plu, m’a donné la banane durant ce roman alors que le contexte était plus que noir. Je ne dirais pas entre quels personnages pour éviter le spoil, mais ceux qui l’auront lu comprendront.

Pour l’action, on est aussi servi. Je crois qu’absolument rien n’est à jeter! Aucune longueur, tous les chapitres ont leurs révélations, ont leur intérêt. Alors bien sûr, la dark fantasy, donc c’est toujours très noir, très dense. Il faut donc pas s’attaquer à ce roman en s’attendant à avoir un page turner. Mais je vous promets qu’on ne s’ennuie pas! Il ne faut malgré tout pas avoir peur de s’enfoncer dans des profondeurs de noirceurs. Et le dénouement est absolument superbe, même s’il reste à l’image de la saga. Ne vous attendez donc pas un happy end total avec des licornes et des « ils vécurent et eurent beaucoup enfants ». Mais avouons-le… Cela aurait été une vraie fausse note si ça avait été le cas.

En bref,

Ce tome 3 est un coup de cœur! J’ai bien aimé toute la saga, mais les premiers tomes seraient beaucoup moins intéressants s’ils ne posaient pas les bases de ce final époustouflant! Des personnages avec une véritable profondeur, un monde (très) complexe, mais hyper bien dépeint et des pièces de cet immense puzzle qui s’imbriquent à chaque chapitre. Je recommande mille fois la lecture de cette saga pour ceux qui n’ont pas peur d’une lecture noire et de l’épaisseur des tomes (et de leur densité) qui peuvent parfois présenter quelques longueurs (enfin, pour les deux premiers).

Ma note : 5/5

TAGons le mercredi! : Préférez-vous…

Et aujourd’hui je vous présente un TAG proposé par Pocket Jeunesse et que j’ai aperçu sur de nombreux blogs et vidéos booktube. Je me prête donc à l’exercice avec plaisir!

Préfériez-vous…

1) Finir une série OU en commencer une nouvelle

Ça commence bien. C’est un dilemme terrible!!! J’adore aller vers de la nouveauté, mais ne jamais avoir la fin d’une série, c’est frustrant quand même! En même temps, la fin des séries, je les ai toujours vécu comme des déchirements. Une séparation de mes compagnons livresques pour toujours. Comme si avoir partagé un bout de leurs aventures a fait d’eux mes amis… (oui je suis tarée). Mais quand même je ne suis pas sûre de pouvoir restée sans savoir ce qui se passe à la fin d’une saga. Du coup je préfère finir une série. En plus, ça donne un petit sentiment d’accomplissement!

2) Les fins tristes OU les happy ends

Rohlala! Cela dépend vraiment des livres! J’aime les happy ends, mais uniquement s’ils sont justifiés! Non, parce que des fins à la « ils sont tous morts, mais non ils ressuscitent parce que… euh… Parce que pis c’est tout » qu’on peut voir dans certains mangas NON! Ce n’est pas possible! Mais bon, globalement, je préfère quand même les fins heureuses.

3) Découvrir un nouvel auteur OU lire le dernier livre d’un des vos auteurs préférés

Très simple : découvrir un nouvel auteur. Je suis trop curieuse. C’est rare quand je m’attache à un auteur en particulier. ça peut m’arriver, mais alors il ne faut pas qu’il me déçoive derrière!

4) Les gros livres OU les petits livres

Là ça dépend VRAIMENT : de mon état d’esprit, du genre du bouquin… Et puis qu’est-ce qu’on appelle gros et petits livres? Si c’est plus de 500 pages et moins de 50 pages, alors je préfère les romans de plus de 500 pages car j’ai plus le temps de m’identifier aux personnages et de sentir les enjeux de l’histoire. Mais certaines nouvelles m’ont complétement emportées aussi! Je dirais quand même les gros livres.

5) Les livres populaires OU les livres inconnus

J’ai de tout dans ma bibliothèque. J’ai une affection toute particulière pour des livres qui sont presque inconnus et que j’ai adoré (La Belle de Joza, Dans la mer il y a des crocodiles,…). Mais une de les histoires préférées est celle de l’Assassin Royal qui est juste méga populaire!!!  En ce moment, je me tourne beaucoup vers les avis des autres blogueurs et booktubeurs alors on va dire livres populaires.

6) Les grands formats OU les poches

Pour la beauté dans la bibliothèque, les grands formats. Et le côté moins pratique m’est un peu égal en fait. Pour aller au travail j’ai une sacoche de portable, du coup, je peux les emmener sans problème. J’aime avoir de la matière dans mes mains, sentir le poids du livre… Donc c’est sûr grand format! (Mais pour mon porte-monnaie répondrait les poches…)

7) Les couvertures rigides OU les couvertures souples

A vrai dire, je n’ai pas beaucoup de couvertures rigides. Alors c’est compliqué comme question… Je vais quand même dire rigides car elles s’abîment moins.

8) Un livre qui vous fait rire OU un livre qui vous fait pleurer

Si on regarde ma bibliothèque, un livre a plutôt tendance à me faire pleure. Par contre, quand un livre me fait rire, je suis très agréablement surprise. Pour moi, il n’y a rien de plus difficile que de faire rire. Il y a tellement de forme d’humour et de sensibilité à l’humour qu’il faut réussir à tomber juste. Alors je dirais que je préfère un livre qui me fait rire car c’est plus compliqué. Mais je ne suis pas attirée par le genre humoristique, donc généralement, s’il me fait rire, il me fait aussi pleurer à un moment de l’histoire.

9) Un livre publié en 2014 OU un livre publié en 1814

Sans conteste un livre publié en 2014. Je ne renie pas ces grands écrivains des siècles passés. Mais pour s’identifier aux personnages ou au contexte, c’est bien plus simple par un livre contemporain. En plus, j’ai déjà dit que j’étais nulle en histoire, alors à chaque fois c’est compliqué pour moi de replacé dans le contexte historique de l’époque. Surtout que nos aïeux aimaient beaucoup beaucoup beaucoup introduire des faits historiques dans la narration.

10) Un roman young adult OU un roman pour adulte

Je suis plus attirée par la fantasy adulte que Young adult. Mais il y a des perles dans les romans young adult.

11) Utiliser de beaux marque-pages OU utiliser le premier papier qui vous tombe sous la main en guise de marque-page

Je préfère utiliser de beaux marque-pages, mais j’ai une légère tendance à les oublier dans mes livres. Du coup, quand je me retrouve à cours de marque-page, j’utilise tout et n’importe quoi : un billet de train, un ticket de caisse, une liste de course… En ce moment, j’ai réussi à conserver un marque-page sur plusieurs livres. Peut-être entrons nous dans une nouvelle ère???

12) Les romans réalistes OU les romans imaginaires

Les romans imaginaires. J’aime m’évader dans des mondes impossibles et improbables. Rencontrer des cultures totalement différentes et apprivoiser (ou pas) des créatures étranges.

13) Lire un roman avant l’adaptation cinématographique OU le lire après

Avant! Ça me permet de me mettre mes propres images sur ce qui se passe.

14) Lire un roman qu’on vous a conseillé OU lire une découverte personnelle

Oh j’aime tellement les deux! Déjà parce que les livres conseillés, on peut après retourner voir la personne et créer un échange sur ce livre. Et la découverte personnelle, c’est agréable d’avoir une petite perle cachée qu’on peut faire découvrir à tout le monde! Je dirais quand même un livre qu’on m’a conseillé.

15) Lire un livre à la fois OU en lire plusieurs en même temps

Avant j’étais plutôt du genre à lire plusieurs livres en même temps. Mais ce temps est révolu. Je ne lis qu’un livre par un livre et je trouve ça beaucoup mieux. J’ai moins la tendance à abandonner et je suis moins perdue dans mes histoires. Bon, en ce moment, j’ai deux livres en cours, mais c’est parce que je lis un livre en commun avec mon mari.

16) Lire des livres de votre pile à lire OU faire grandir sa PAL

Ce que je préfère c’est faire grandir ma PAL. Mais c’est mal! J’aime tellement l’objet-livre que j’ai tendance à acheter ceux qui me font de l’œil. Mais j’ai décidé d’être raisonnable et de faire baisser ma PAL.  oui, oui, oui!

17) Les livres papiers OU les e-books

Je préfère les livres papiers. Je n’ai pas de e-books et ai des difficultés à lire sur un écran. Même si je reconnais que ce doit être pratique (surtout pour les vacances en fait… ça allégerait ma valise des trois pavés en anglais que je suis obligée d’y glisser)

18) Acheter un livre avec une belle couverture que vous ne connaissez pas OU un livre avec une couverture que vous n’aimez pas mais qu’on vous a conseillé

Si la couverture est vraiment, vraiment moche, j’aurais du mal… Donc plutôt des jolies couvertures inconnues. Mais on peut avoir des bonnes surprises!

19) Lire une série à la suite OU laisser plusieurs mois entre chaque tome

Je préfère laisser plusieurs mois entre chaque tome. Tant que ce n’est pas plusieurs années!

20) Lire un livre que tout le monde a aimé et qui ne vous inspire pas OU lire un roman qui vous fait envie mais sur lequel la majorité des critiques ne sont pas enthousiastes.

Je préfère lire un livre qui me fait envie. Je me dirige essentiellement à l’envie, donc forcément, si je pars de prime abord pas enthousiaste, je risque de m’être un temps fou à rentrer dans l’histoire. C’est pas la peine.

La main droite de Lucifer

La main droite de Lucifer

Auteur : Naoki Serizawa

Editions Ki-oon

Paru en 2013

6 tomes, série terminée

Genre : Mangas, Seinen

 

Voilà une petit review pour les 6 tomes de la main droite de Lucifer que j’ai lu récemment. J’aime les Seinen, et j’aime d’autant plus les petites séries. Car pour beaucoup d’entre elles, l’histoire est pré-réfléchie par l’auteur et du coup cela fait un tout bien ficelé du début jusqu’à la fin. Malheureusement pour moi la petitesse de la série « La main droite de Lucifer » n’était pas un présage à une histoire bien réfléchie… Dommage car il y avait du potentiel!

Quand Yû Katsumi rentre de trois années passées en Afrique dans une ONG, c’est un médecin qui a rompu son serment d’Hippocrate : enlevé par la guérilla locale, il a été contraint de tuer pour ne pas l’être. Depuis son retour au Japon, il n’est plus qu’un marginal au bras droit tatoué à l’image de Lucifer qui passe ses journées à boire, taraudé par le remords…
Après une nuit particulièrement agitée, il se réveille dans la clinique du Dr Minamoto, un établissement un peu particulier qui soigne non seulement les sans-abris et les nécessiteux, mais aussi, pour financer le reste, un nombre non négligeable de membres de la mafia. Le jeune médecin a beau s’être juré de ne plus pratiquer, il va s’avérer délicat de leur refuser son aide…
Entre opérations chirurgicales désespérées et assauts de yakuzas assoiffés de vengeance : découvrez les urgences de la clinique du Dr Minamoto dans un savant mélange d’action et de suspense ciselé au scalpel !

L’histoire de base de ce manga est vraiment intéressante! Un chirurgien, doué mais complètement désabusé, se met à soigner les laisser-pour-compte afin de régler sa dette d’honneur… Et tout ça dans un quartier rempli de yakuzas. Bref, il y avait de quoi monter une histoire fort intéressante et les premiers chapitres m’ont d’ailleurs beaucoup séduits. Malheureusement, je me suis retrouvée embringuée assez rapidement dans un banal manga « à épisodes ». Malheureusement oui, car ce que j’aime dans les mangas c’est lorsque la ligne rouge de l’histoire a vraiment de la matière, lorsque celle-ci nous donne envie d’aller creuser plus loin pour savoir de quoi il en retourne. Et dans le cas présent, elle était beaucoup trop ténue! Il y a bien l’histoire de l’amnésie de la secrétaire, mais cela apparaît bien trop tardivement.

La deuxième chose qui ne m’a pas beaucoup plus, c’est l’univers des yakuzas. C’est quelque chose qu’on retrouve très régulièrement dans les mangas et il est présenté sous différents angles. Soit sous l’angle psychologique : les liens inter-personnels, la loyauté entre les membres, l’attachement familial… Soit sous l’angle de la brutasse : les gros méchants qu’il faut à tout prix éviter ou évincer… Mais ici, ni l’un, ni l’autre de ces aspects n’est exploré. Ils ne servent que de faire-valoir à des opérations d’envergure et au système financier de la clinique (oui parce que soigner uniquement les miséreux, c’est pas ce qui fait tourner la boutique).

Cependant, il serait malhonnête de ma part de dire que l’histoire m’a totalement déplu. Au final, j’ai lu les 6 tomes à l’affilée sans avoir de difficulté. Du coup, c’est un manga qui se lit plutôt bien, les dessins sont très sympas et les personnages plutôt charismatiques (bien que toujours un peu caricaturaux…). Lorsqu’on s’attend à un manga à épisode, il y a de quoi se réjouir avec pas mal de rebondissements et de nouveaux défis à chaque chapitre! C’est juste que moi, je ne m’attendais pas à ça…

En bref,

J’ai été un peu déçue par ce manga. Même si cela se lit facilement, que les dessins sont très sympas et que les personnages sont charismatiques (bien que toujours un peu caricaturaux…), j’ai trouvé que l’histoire manquait de matière. Et pourtant, il y avait de quoi faire!!! Je ne peux pas mettre une mauvaise note, car je n’ai pas non plus renâclé à le lire et si je n’en avais pas attendu autant, j’aurais apprécié beaucoup plus ce manga!

Ma note : 3/5

Un livre à lire… : Le sac et la cendre

Aujourd’hui je vous présente la duologie Le Sac et la Cendre de Henry Troyat.

Henri_Troyat_le_sac_et_la_cendre_1 51RVKFC4YXL._SX295_BO1,204,203,200_

 

 

Quatrième de couverture du 1er volume

« Dans un bruit de gamelles et de bottes, les hommes aux visages terreux, aux regards fixes, marchaient l’un derrière l’autre sans échanger une parole. On eût dit que, frappés de stupeur, ils n’avaient plus d’intérêt commun avec les camarades qu’ils croisaient sur leur route. » Novembre 1914. La guerre s’installe en Russie. Le destin des Arapoff en est bouleversé. Akim et Nicolas sont au front, Nina est infirmière dans un hôpital militaire, Lioubov loue le tsar et Tania est mariée au patron des Comptoirs Danoff à Moscou. Pour tous, il semble désormais difficile d’échapper à la folie des hommes. En ces temps dramatiques où la « grande guerre » devient une débâcle sans nom, la nature de chacun se révèle infailliblement au grand jour: la veulerie des uns, l’héroïsme des autres…

Comment est-elle entrée dans ma PAL?

Je troque parfois des livres sur des sites dédiés. Pour ces sites de troc sont l’occasion d’essayer d’aller découvrir des livres vers lesquels je n’irai pas en librairie par exemple. On peut prendre plus de risque pour des livres qui ne coûtent rien. J’ai vu celui-ci en feuilletant la liste des livres disponibles à l’échange. Et du coup, je l’ai sélectionné. Il avait globalement de bonnes critiques et je n’ai jamais lu de Henri Troyat, c’était l’occasion. Bon, je n’ai vu qu’après qu’il faisait parti de la saga « Tant que la Terre durera » et qu’il y a donc trois livres à lire avant… Voilà, voilà,… Llhyn, un jour tu penseras à regarder ce genre de chose avant de te faire avoir!

Depuis combien de temps est-elle dans ma PAL? Et pourquoi n’en est-il pas sorti?

Cela fait un peu plus d’un mois seulement que je l’ai réceptionné. Je ne l’ai pas encore sorti de ma PAL car j’ai d’autres livres à lire avant et surtout, j’aimerais lire les trois livres qui le précède d’abord… Et ceux-là ne sont pas encore dans ma PAL!

 

La quête d’Ewilan, tome 1 : d’un monde à l’autre

La quête d’Ewilan, tome 1 : d’un monde à l’autre

Auteur : Pierre Bottero

Editions Le Livre de Poche

Paru en 2012

Genre : Jeunesse, Fantasy

 

Cela faisait fort longtemps que je souhaitais découvrir Pierre Bottero. Et oui, mon genre préféré étant la fantasy, c’était presque un sacrilège de n’avoir jamais rien lu de cet auteur!!! J’ai donc profité de la consigne d’Octobre (« lire le livre qui vous fait le plus envie dans votre PAL »… Oui, une consigne tiptop!) pour ouvrir ce tout petit livre qui regorge de bonnes surprises.

Quand Camille vit le poids lourd qui fonçait droit sur elle, elle se figea au milieu de la chaussée. Son irrépressible curiosité l’empêcha de fermer les yeux et elle n’eut pas le temps de crier… Non, elle se retrouva couchée à plat ventre dans une forêt inconnue plantée d’arbres immenses. Te voici donc, Ewilan. Nous t’avons longtemps cherchée, mes frères et moi, afin d’achever ce qui avait été commencé, mais tu étais introuvable…

C’est une histoire jeunesse, oui, mais Pierre Bottero bichonne ses jeunes lecteurs avec une écriture au poil! On voit qu’il les aime et il leur offre un rythme rapide, peu de descriptions, mais suffisamment pour décrire un monde tout en couleur. Les personnages sont à la fois proches de nos jeunes d’aujourd’hui pour qu’on s’y identifie et à la fois assez singuliers pour qu’on s’y accroche, qu’on les apprécie et qu’on les admire. Quoi de mieux?

Et même pour les vieux comme moi, ce récit est loin d’être simpliste comme on peut en retrouver souvent dans la littérature jeunesse. Non, non, non. On sent que derrière ce tout début de découverte de cet espèce de monde parallèle, il y a de la matière, il y a de quoi éveiller notre curiosité et arpenter pendant de longues heures ces terres nouvelles pour en savoir plus. Pierre Bottero a créé un monde qu’il maîtrise à la perfection et qui est loin d’être un décor en carton pâte creux… En tout cas, cela donne l’impression qu’il a créé son monde, sa mythologie, sa politique, son fonctionnement, avant de penser à y mettre des personnages qui sont tout aussi intéressants et profonds.

Alors, oui, je me replonge quand vous voulez dans l’univers de Pierre Bottero! D’ailleurs, il va falloir que je me procure la suite… Et de toute urgence!!!!

En bref,

Un monde riche et maîtrisé, des personnages sympas et intéressants, une plume fluide, un rythme rapide, le tout saupoudré d’un peu d’humour. De la très bonne fantasy jeunesse!

Ma note : 5/5