L’adoption et End

point BD.png

L’adoption t1 & 2                                                                                    End t1

Zidrou et Arnaud Monin                             Barbara Canepa et Anna Merli

Editions Bamboo (Grand Angle)              Editions Soleil (Métamorphose)

Paru en 2016-2017                                                                        Paru en 2012

 

Voici un petit point sur les BD L’adoption et End. Pour le premier, acheté sur un coup de tête (et après avoir lu le premier tome, j’ai couru acheté le deuxième tome). Pour le second emprunté à ma chère cousine (et fortement attirée par le design de la couverture et de la quatrième de couverture).

Résumé de L’adoption :

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

Deux ouvrages de pure émotion. Vraiment cette liaison qui se noue entre Qinaya et Gabriel, c’est tendre, émouvant, doux, parfait! Je ne vais pas vous dire qu’il se passe des milliers de choses dans cette BD, car ce serait vous mentir. Non, au contraire, on vous conte le quotidien, mais d’une manière tellement belle qu’on ne peut être que charmé! La fin du premier tome est très étonnant et… Non, je ne vous dirai pas ce que j’ai ressenti car je n’aimerais pas vous laisser ne serait-ce qu’un seul petit indice. Franchissez le pas, lisez cette BD elle vaut vraiment le détour.

Le deuxième tome aborde d’autres thèmes, cette fois-ci, le ton est un peu plus dur, mais la douceur reste quand même l’écrin principal de l’histoire. J’ai été tout autant touchée par ce récit, même si certains lecteurs pourraient regretter le changement de thème. Moi j’ai trouvé chaque mot utilisé avec justesse et c’est beau. En lisant cette histoire, j’ai sourit, avec un soupçon d’amertume dans la bouche… Bref, une sensation que l’on peut ressentir au quotidien lorsqu’on vit quelque chose de magnifique avec un fond d’espoir déçu.

En bref, deux énormes coups de coeur pour ces BD qui sont différentes et complémentaires. Au passage : les dessins sont sublimes.

Ma note : 5/5

Résumé de End :

Imaginez…
Si le monde autour de vous jamais ne se mouvait.
Si le murmure du vent et le chuchotement de la pluie se répétaient inexorablement dans leur devenir monotone…
Si le silence, souverain, régnait jusqu’à ce que l’invisible ne soit vôtre…
Tel est mon univers.
Un monde où la berceuse du temps a cessé d’entonner sa complainte.
Un monde anémié, privé de toutes couleurs, où les esprits et les âmes perdues trouvent enfin la paix dans leurs mausolées solennels et sans âge…
J’ai 13 ans.
Elisabeth est mon nom.
Mes cheveux sont blancs comme la vie.
Si le cœur vous en dit, vous pourrez me rencontrer.
Mais pour cela, il vous faudra mourir….

GOTHIQUE. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit quand je veux parler de cette BD. Ce qui m’a attiré en tout premier lieu, c’est la qualité du dessin et des compositions, et là-dessus, je n’ai clairement pas été déçue. C’est sombre, mais absolument magnifique. C’est un vrai régal pour les yeux et rien que pour ça, je ne regrette pas de l’avoir ouvert.

Par contre, pour ce qui est de l’histoire, je n’ai pas été emballée. Il faut dire que c’est très complexe et surtout que je n’ai toujours pas compris où est-ce que l’autrice voulait m’emmener… Je me suis posée énormément de question tout au long de ma lecture et force est de constatée que je n’ai eu aucune réponse. C’était même pire car au fur et à mesure, des détails encore plus mystérieux s’ajoutaient. 

En bref, beaucoup de mystères, pas beaucoup de réponses. Mais des dessins absolument fabuleux avec une ambiance sombre. La question est : y aura-t-il une suite? Et est-ce que ma cousine l’achètera? (Car dans ce cas, je lui emprunterai aussi huhu) Pour la note, j’hésitais entre 3 et 4, mais la qualité du dessin gomme vraiment les défauts du scénario à mes yeux.

Ma note : 4/5

Les carnets de Cerise, tome 1 : Le zoo pétrifié

Les carnets de Cerise, tome 1 : Le zoo pétrifié

Auteur : Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Editions France Loisir

Paru en 2014

Genre : Album, Jeunesse

 

Encore du jeunesse!!!! Allez vous me dire! Et oui, encore. Mais que voulez-vous, en ce moment, j’en ai envie. Et comment passer à côté de ce magnifique album des aventures de Cerise. Certes le pitch de base est pas hyper WAOUW, mais les dessins sont tellement beaux! Alors je me suis lancée dedans et comment dire… Viiiiiiiiiiiiiite la suiiiiiiiiiiiite!

« Il était une fois… Quand j’étais petite, je me suis fait la promesse que si un jour, j’avais un journal intime, il commencerait comme ça. Il était une fois… ben moi, Cerise ! J’ai dix ans et demi et mon rêve, c’est de devenir romancière. Mon truc à moi pour raconter des histoires, c’est d’observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets. On a tous un secret enfoui que l’on ne dit pas, qui fait de nous ce que nous sommes…
En ce moment, avec les copines, on observe quelqu’un de vraiment mystérieux… »

J’adore, j’adore, j’adore. Lisez-le. Fin de la chronique…

Bon d’accord, il faudrait que je fasse un peu plus long que ça. Mais franchement tout est parfait! Déjà au niveau graphisme, le coup de crayon d’Aurélie Nayret est magnifique et colle parfaitement à l’histoire : c’est doux, coloré, frais… Comme la petite Cerise en fait. De ces dessins ressort une tendresse palpable. J’ai adoré l’idée d’alterner entre planches de BD « conventionnelles » (avec des cases et des bulles) et des planches représentant des morceaux du carnet de Cerise (avec son écriture de petite fille, ses petits dessins, les photos agrafés…).

Au niveau de l’histoire, je crois avoir trouver les premières planches un peu rébarbatives. On présente des personnages, les lieux, on plante le décor. Mais franchement, l’impression d’une introduction un peu « scolaire » s’efface extrêmement rapidement dès que l’intrigue est un peu mieux lancée. Et l’histoire de cet homme, de ce zoo, de cette ville, m’a tellement émue, touchée et attendrie. Cette histoire est un vrai bonbon. Lisez-le quand vous avez le cafard ou le moral dans les chaussettes et promis vous retrouverez la pêche!

Les personnages sont très attachants, surtout Cerise et le vieux monsieur. J’attends d’en savoir plus sur les copines de Cerise qui ont l’air super elles aussi. Mais alors si ma fille pouvait avoir l’imagination, la curiosité et le bon-cœur de Cerise, j’en serais tellement fière et heureuse (J’avoue que je suis pas fan de la partie sur les mensonges et tout ça… Mais bon… ça reste une enfant!).

En bref,

Coup de cœur monumental! J’ai hâte de lire la suite. Tout est parfait dans ce roman graphique! Et ce n’est pas un poisson d’Avril!

Ma note : 5/5

Les fabuleux navires du capitaine Squid

Les fabuleux navires du Capitaine Squid

Auteur : Eric Puybaret

Editions Margot

Paru en 2016

Genre : Album, Jeunesse

 

Voilà un bel album qui me faisait très envie depuis que je l’avais vu passé sur la chaîne BookTube de Eliot et des livres. Je l’ai donc demandé au papa Noël qui me l’a gentiment amené et je n’ai pas mis bien longtemps avant de craquer et de me plonger dedans. Il faut dire que rien que la couverture, cela donne envie, n’est-ce pas?

Un capitaine arrivé au bout du voyage se raconte… La mer, c’est toute sa vie ! Et il en a connu des bateaux ! Avant de devenir capitaine, il a œuvré sur de nombreux vaisseaux, tous plus incroyables les uns que les autres… comme leurs capitaines ! Des gros, des frêles, des agités, des tranquilles… tous différents mais portés par le même rêve : dénicher le plus fabuleux des bateaux !

Bon commençons par ce qui nous porte le plus dans les albums : les dessins. Ils sont absolument magnifiques et originaux. Les illustrations sont très poétiques, elles s’appuient sur le texte et des petits détails (ou des gros) sont ajoutés pour y faire référence ce qui laisse une impression d’étrangeté poétique fort agréable. Les personnages sont relativement bizarres, mais ils brillent par mille particularités qui, à mon avis, plaisent beaucoup aux enfants.

Au niveau de l’histoire, c’est assez simple. On vogue (ohoh le jeu de mot merveilleux) dans les souvenirs du Capitaine Squid qui raconte sa vie de marin à un petit bonhomme sur son lit de mort. Alors certes, rien de très mystérieux, mais beaucoup de jeux de mots, de voyages, de rêves à découvrir. Et une petite surprise à la fin. J’ai été un peu moins emportée par la dernière planche qu’Elodie de la chaîne Eliot et des livres, mais j’ai trouvé ça mignon. Ceci dit, avec son avis, je m’attendais à un effet waouh et du coup, j’ai été un peu déçue.

En bref,

Un album que je serais ravie de montrer à ma fille, et ceci même avant l’âge de comprendre l’histoire, car les illustrations sont très poétiques et atypiques. J’ai bien aimé ce voyage aux côtés du Capitaine Squid, mais cela n’a pas été un énorme coup de cœur comme je m’y attendais.

Ma note : 4/5

L’étrange Noël de Monsieur Jack et Contes Magiques de Noël

couv56121185

L’étrange Noël de Monsieur Jack

Auteur : Jun Asuka

Editions : Pika

Paru en 2012

Et voici une de mes deux petites lectures de Noël. Je n’ai pas grand chose à dire dessus donc j’ai choisi de faire un avis rapide regroupé sur un seul post.

L’étrange Noël de Monsieur Jack est un manga dessiné à partir du film d’animation du même nom réalisé par Tim Burton. D’ailleurs si vous n’avez pas vu ce film, je vous conseille d’aller le voir, vous passerez un très bon moment.

La ville d’Halloween est peuplée de gens bizarres qui ont un goût prononcé pour les farces macabres. Une fois par an, ils célèbrent Halloween en organisant une gigantesque fête au cours de laquelle toutes les manifestations d’humour noir sont permises et même encouragées. Jack Skellington, le roi des citrouilles est le grand ordonnateur de ces festivités. Au lendemain de la fête d’Halloween, il erre en solitaire, à la recherche d’idées pour la prochaine fête. Fatigué, il décide de quitter la ville. C’est alors qu’il découvre par hasard la ville de Noël qui rayonne de joie et de liesse. Il rentre chez lui avec la ferme intention de contrôler la fête de Noël, et fait kidnapper le Père Noël par trois garnements…

J’aime beaucoup le film, j’aime beaucoup l’histoire, mais lire le manga ne m’attirait pas spécialement. Il se trouvait dans ma bibliothèque, c’était une lecture de Noël et rapide à lire, c’est pourquoi j’ai décidé de le sortir de ma PAL pour le ColdWinter Challenge. Du coup, j’en attendais pas grand chose et il valait mieux. Car par rapport au film, le manga n’apporte pas grand chose. L’univers est totalement respecté et le scénario est évidemment le même. Mais du coup, j’ai cru voir exactement les scènes du film, sans la couleur et sans les mouvements. Cela doit être extra quand on ne connait pas déjà l’univers de Tim Burton animée, mais sinon… Bof, bof.

9782753206359fs

Contes magiques de Noël

Auteur :  Jan Astley, Gaby Goldsack, Kath Jewitt, Clement-Clarke Moore

Editions : Elcy

Paru en 2012

Ces contes magiques de Noël ont été offerts à ma fille. Mais comme ma puce a 4 mois, elle n’est pas hyper intéressée par des histoires aussi longues. Les pages ne tournent pas assez vite, malgré les illustrations qui sont magnifiques et qu’elle apprécie observer. Mais comme cela me faisait trop envie, et ben j’ai décidé de le lire de mon côté. Et j’ai bien fait. Car de la magie de Noël, on en a à foison dans ces petites histoires. J’ai adoré tous les contes qui y sont présents. Sans parler des illustrations trop jolies!

Mon conte préféré est le dernier et rajoute encore un peu plus de magie à Noël car il intègre aussi l’existence des fées du logis, de petits êtres qui font des tâches ménagères derrière notre dos. La petite fée du logis de cette histoire se sent un peu triste car elle ne peut jamais participer aux fêtes de fin d’année. En effet, les fées du logis ne doivent pas être repérés par les êtres humains, du coup elle est obligée de se cacher à chaque rassemblement. Or, elle se fait repérer par les enfants qui trouvent une solution pour qu’elle participe à Noël. Ils la fixe tout en haut du sapin et elle peut alors assister à la fête en toute discrétion. Et devinez quoi, j’ai trop hâte que ma petite retienne cette histoire et que je lui fasse une surprise en accrochant dans la nuit une petite fée en haut du sapin. Ajouter un peu de magie au quotidien, c’est cela que nous permet ce genre d’histoires!

Les contes du Korrigan, tome 2 : les milles visages du diable

couv13795086Les contes du Korrigan, tome 2 : les milles visages du diable

Auteur : Jean-Luc Istin, Ronan Le Breton, Erwan Le Breton et Collectif

Editions Soleil

Paru en 2003

Genre : BD

 

Mon mari a déniché cette petite BD fort attractive à la bibliothèque municipale. En bons bretons d’adoption que nous sommes, nous aimons particulièrement découvrir les mythologies qui accompagnent nos belles contrées. Mon petit mari, n’a pas vu que c’était le second tome, mais comme ce sont plein de petites histoires sur la même thématique, cela n’a aucunement gêné la lecture. Alors allons à la rencontre du Cornik!

Pôl Gornek, Pôl Goz, Pôlic, Ar Pôtr Rouz, Ar Prins Rû, An Diaoul, le Cornik.
Vous voyez de qui je veux parler ?
C’est l’homme aux mille noms, aux mille visages, le Prince des Mensonges. En pays korrigan, on le considère plutôt comme le Prince des Pitres.
Faut avouer qu’entre un forgeron qui vous rend marteau, un meunier qui vous roule dans la farine, des korrigans qui font de vous la risée de l’Autre Monde et des menhirs qui n’hésitent pas à vous marcher sur le sabot, il y a de quoi manger ses cornes !

Alors commençons par l’aspect graphique… Les dessins sont tout bonnement sublimes! Vous voyez cette magnifique couverture? Et bien, il n’y a pas moins de soin apporté à toutes les pages de cet ouvrage. On aime à être transportés dans ces mondes fantastiques, un peu sombres, mais pas trop, avec un brin de cartoonesque à certains moments… Un régal pour les yeux!

Au niveau des histoires, plein de petits contes autour du diable sont racontés. Je n’en connaissais qu’une sur les quatre. J’ai été ravie de découvrir celles que je ne connaissais pas et de voir en image celle que je connaissais. C’est toujours un bonheur de connaître les différents mythes et légendes de nos contrées et elles sont assez simples pour que je les retienne et les raconte à mon tour. Et bien oui, on habite pas au pays de Brocéliande sans que les visiteurs attendent de vous une bonne histoire pleine de magie et de mystère.

Le diable, qui est un peu le personnage principal de l’ouvrage n’a pas la tête qu’on lui mettrait habituellement (vous savez, le petit moustachu tout rouge de colère avec une queue en pointe et des petites cornes). C’est plutôt agréable et le choix de sa représentation est très judicieux puisqu’il est censé vous séduire pour faire en sorte que vous lui donniez son âme.

En bref,

Un vrai coup de cœur pour cette bande-dessinée. Des dessins superbes qui illustrent des contes bien de chez nous à la perfection, avec humour et fantasy. Je pense même que je me le procurerai un jour, avec pourquoi pas tous les autres tomes de la collection.

Ma note : 5/5