Aqua et Emma

Point manga

                   Emma t.1-2                                                            Aqua t.1-2 (série complète)

 Auteurs : Kaoru Mori                                                           Kozue Amano

 Editions :  Ki-Oon                                                                     Kami

 Parus en : 2007                                                                        2006

 Genre :     Seinen, historique, romance                                Shônen, tranche de vie, SF

J’ai décidé de faire des petits points mangas / BD dès que j’en ai lu quelques-uns. Il faut savoir que j’ai une bibliothèque absolument énormissime remplie de mangas. J’ai eu le tort d’initier mon cher et tendre qui, depuis, remplit les étagères et je n’arrive vraiment pas à le suivre. C’est-à-dire qu’il lit peu de livres, lui! Et pourtant, c’est qu’il y en a plein qui me donnent envie. Je vais d’ailleurs certainement me faire des manga-thon de temps en temps. Lire la suite

Publicités

L’étrange Noël de Monsieur Jack et Contes Magiques de Noël

couv56121185

L’étrange Noël de Monsieur Jack

Auteur : Jun Asuka

Editions : Pika

Paru en 2012

Et voici une de mes deux petites lectures de Noël. Je n’ai pas grand chose à dire dessus donc j’ai choisi de faire un avis rapide regroupé sur un seul post.

L’étrange Noël de Monsieur Jack est un manga dessiné à partir du film d’animation du même nom réalisé par Tim Burton. D’ailleurs si vous n’avez pas vu ce film, je vous conseille d’aller le voir, vous passerez un très bon moment.

La ville d’Halloween est peuplée de gens bizarres qui ont un goût prononcé pour les farces macabres. Une fois par an, ils célèbrent Halloween en organisant une gigantesque fête au cours de laquelle toutes les manifestations d’humour noir sont permises et même encouragées. Jack Skellington, le roi des citrouilles est le grand ordonnateur de ces festivités. Au lendemain de la fête d’Halloween, il erre en solitaire, à la recherche d’idées pour la prochaine fête. Fatigué, il décide de quitter la ville. C’est alors qu’il découvre par hasard la ville de Noël qui rayonne de joie et de liesse. Il rentre chez lui avec la ferme intention de contrôler la fête de Noël, et fait kidnapper le Père Noël par trois garnements…

J’aime beaucoup le film, j’aime beaucoup l’histoire, mais lire le manga ne m’attirait pas spécialement. Il se trouvait dans ma bibliothèque, c’était une lecture de Noël et rapide à lire, c’est pourquoi j’ai décidé de le sortir de ma PAL pour le ColdWinter Challenge. Du coup, j’en attendais pas grand chose et il valait mieux. Car par rapport au film, le manga n’apporte pas grand chose. L’univers est totalement respecté et le scénario est évidemment le même. Mais du coup, j’ai cru voir exactement les scènes du film, sans la couleur et sans les mouvements. Cela doit être extra quand on ne connait pas déjà l’univers de Tim Burton animée, mais sinon… Bof, bof.

9782753206359fs

Contes magiques de Noël

Auteur :  Jan Astley, Gaby Goldsack, Kath Jewitt, Clement-Clarke Moore

Editions : Elcy

Paru en 2012

Ces contes magiques de Noël ont été offerts à ma fille. Mais comme ma puce a 4 mois, elle n’est pas hyper intéressée par des histoires aussi longues. Les pages ne tournent pas assez vite, malgré les illustrations qui sont magnifiques et qu’elle apprécie observer. Mais comme cela me faisait trop envie, et ben j’ai décidé de le lire de mon côté. Et j’ai bien fait. Car de la magie de Noël, on en a à foison dans ces petites histoires. J’ai adoré tous les contes qui y sont présents. Sans parler des illustrations trop jolies!

Mon conte préféré est le dernier et rajoute encore un peu plus de magie à Noël car il intègre aussi l’existence des fées du logis, de petits êtres qui font des tâches ménagères derrière notre dos. La petite fée du logis de cette histoire se sent un peu triste car elle ne peut jamais participer aux fêtes de fin d’année. En effet, les fées du logis ne doivent pas être repérés par les êtres humains, du coup elle est obligée de se cacher à chaque rassemblement. Or, elle se fait repérer par les enfants qui trouvent une solution pour qu’elle participe à Noël. Ils la fixe tout en haut du sapin et elle peut alors assister à la fête en toute discrétion. Et devinez quoi, j’ai trop hâte que ma petite retienne cette histoire et que je lui fasse une surprise en accrochant dans la nuit une petite fée en haut du sapin. Ajouter un peu de magie au quotidien, c’est cela que nous permet ce genre d’histoires!

L’opéra de Pékin

couv61066555couv34451972couv41825305L’opéra de Pékin

Auteur : Iroshi Ueda  

Editions Kami

Parus en 2006

Genre : Manga

 

Mon mari a trouvé ces trois petits mangas à la bibliothèque municipale. Une saga complète en trois tomes, voilà de quoi m’attirer. Je n’aime pas me perdre jusqu’aux tomes 20-30… Je préfère les séries courtes, alors je les ai lu entre deux lectures de gros pavés bien comme il faut. En plus j’aimais plutôt pas mal le speech. Alors je suis partie enthousiaste découvrir la Chine des années 20.

L’histoire de l’Opéra de Beijing explore la vie de ce curieux édifice et de ceux qui y vivent dans la période troublée et mystérieuse qu’est la Chine des années 20 vue à travers les yeux de Tatsuki. Mais Tatsuki n’est pas un enfant comme les autres, il est né dans les années 1980 au Japon. Il est réservé, un peu marge des autres enfants et surtout il ne s’intéresse pas du tout aux choses de son âge. La Chine, son théâtre, sa peinture le fascinent, encouragé en cela par son vieux professeur. Un jour, celui-ci lui offre un masque  » Kouu  » et il se retrouve instantanément projeté à Beijing au début des années 20. C’est ainsi que commencent ses aventures à l’Opéra.
Qui connait le Kyugeki? Pas vous? Et bien moi non plus je ne connaissais pas le Kyugeki, espèce de théâtre chanté traditionnel de Chine. Ces pièces représentent des scènes historiques. Les combats sont chorégraphiés. Et… voilà tout ce que j’ai appris dans ce manga. Il aura eu le mérite de pousser ma curiosité jusqu’à trouver une vidéo sur youtube d’une représentation de Kyugeki. Mais le problème que m’a posé ce manga, c’est qu’au final, on en apprend extrêmement peu sur le Kyugeki et encore moins sur la Chine des années 20, alors qu’à mon sens, c’est tout l’intérêt qu’avait le manga pour moi…
Le deuxième reproche que je ferais à ce manga, et franchement, celui qui m’a posé le plus de problème, c’est l’édition française qui a fait un travail de COCHON! Et je pèse mes mots. Je ne compte plus les fautes relevées dans les textes. Pour un manga, où les textes sont courts, c’est quand même abusé de ne pas apporter plus de soin que ça à la correction de la traduction! Et les fautes sont carrément grossières. Même une taupe myope et qui louche les verrait…
Sinon, les dessins sont jolis, les personnages principaux sont attachants, le ton du manga plutôt frais et sympathique. Globalement, c’est sympa, mais la série est trop courte pour développer tous les personnages qui sont présentés. Je pense d’ailleurs que l’auteur avait pensé aller plus loin, car il y a des semi-intrigues qui sont complètement laissées tomber en court de route. Après, j’ai quand même passé un bon moment, c’est bien pour un truc emprunté en médiathèque, mais je n’achèterais pas les tomes…
En bref,

Lecture bof, bof. Ok, c’est un manga, ça se lit bien, le ton est frais et joyeux… Mais il manque vraiment l’aspect historique promis par ce titre. Et c’est dommage, car il y avait vraiment du potentiel! J’aurais aimé en apprendre davantage sur la Chine des années 20. Je suis donc un peu déçue.

Ma note : 2/5

La main droite de Lucifer

La main droite de Lucifer

Auteur : Naoki Serizawa

Editions Ki-oon

Paru en 2013

6 tomes, série terminée

Genre : Mangas, Seinen

 

Voilà une petit review pour les 6 tomes de la main droite de Lucifer que j’ai lu récemment. J’aime les Seinen, et j’aime d’autant plus les petites séries. Car pour beaucoup d’entre elles, l’histoire est pré-réfléchie par l’auteur et du coup cela fait un tout bien ficelé du début jusqu’à la fin. Malheureusement pour moi la petitesse de la série « La main droite de Lucifer » n’était pas un présage à une histoire bien réfléchie… Dommage car il y avait du potentiel!

Quand Yû Katsumi rentre de trois années passées en Afrique dans une ONG, c’est un médecin qui a rompu son serment d’Hippocrate : enlevé par la guérilla locale, il a été contraint de tuer pour ne pas l’être. Depuis son retour au Japon, il n’est plus qu’un marginal au bras droit tatoué à l’image de Lucifer qui passe ses journées à boire, taraudé par le remords…
Après une nuit particulièrement agitée, il se réveille dans la clinique du Dr Minamoto, un établissement un peu particulier qui soigne non seulement les sans-abris et les nécessiteux, mais aussi, pour financer le reste, un nombre non négligeable de membres de la mafia. Le jeune médecin a beau s’être juré de ne plus pratiquer, il va s’avérer délicat de leur refuser son aide…
Entre opérations chirurgicales désespérées et assauts de yakuzas assoiffés de vengeance : découvrez les urgences de la clinique du Dr Minamoto dans un savant mélange d’action et de suspense ciselé au scalpel !

L’histoire de base de ce manga est vraiment intéressante! Un chirurgien, doué mais complètement désabusé, se met à soigner les laisser-pour-compte afin de régler sa dette d’honneur… Et tout ça dans un quartier rempli de yakuzas. Bref, il y avait de quoi monter une histoire fort intéressante et les premiers chapitres m’ont d’ailleurs beaucoup séduits. Malheureusement, je me suis retrouvée embringuée assez rapidement dans un banal manga « à épisodes ». Malheureusement oui, car ce que j’aime dans les mangas c’est lorsque la ligne rouge de l’histoire a vraiment de la matière, lorsque celle-ci nous donne envie d’aller creuser plus loin pour savoir de quoi il en retourne. Et dans le cas présent, elle était beaucoup trop ténue! Il y a bien l’histoire de l’amnésie de la secrétaire, mais cela apparaît bien trop tardivement.

La deuxième chose qui ne m’a pas beaucoup plus, c’est l’univers des yakuzas. C’est quelque chose qu’on retrouve très régulièrement dans les mangas et il est présenté sous différents angles. Soit sous l’angle psychologique : les liens inter-personnels, la loyauté entre les membres, l’attachement familial… Soit sous l’angle de la brutasse : les gros méchants qu’il faut à tout prix éviter ou évincer… Mais ici, ni l’un, ni l’autre de ces aspects n’est exploré. Ils ne servent que de faire-valoir à des opérations d’envergure et au système financier de la clinique (oui parce que soigner uniquement les miséreux, c’est pas ce qui fait tourner la boutique).

Cependant, il serait malhonnête de ma part de dire que l’histoire m’a totalement déplu. Au final, j’ai lu les 6 tomes à l’affilée sans avoir de difficulté. Du coup, c’est un manga qui se lit plutôt bien, les dessins sont très sympas et les personnages plutôt charismatiques (bien que toujours un peu caricaturaux…). Lorsqu’on s’attend à un manga à épisode, il y a de quoi se réjouir avec pas mal de rebondissements et de nouveaux défis à chaque chapitre! C’est juste que moi, je ne m’attendais pas à ça…

En bref,

J’ai été un peu déçue par ce manga. Même si cela se lit facilement, que les dessins sont très sympas et que les personnages sont charismatiques (bien que toujours un peu caricaturaux…), j’ai trouvé que l’histoire manquait de matière. Et pourtant, il y avait de quoi faire!!! Je ne peux pas mettre une mauvaise note, car je n’ai pas non plus renâclé à le lire et si je n’en avais pas attendu autant, j’aurais apprécié beaucoup plus ce manga!

Ma note : 3/5