L’adoption et End

point BD.png

L’adoption t1 & 2                                                                                    End t1

Zidrou et Arnaud Monin                             Barbara Canepa et Anna Merli

Editions Bamboo (Grand Angle)              Editions Soleil (Métamorphose)

Paru en 2016-2017                                                                        Paru en 2012

 

Voici un petit point sur les BD L’adoption et End. Pour le premier, acheté sur un coup de tête (et après avoir lu le premier tome, j’ai couru acheté le deuxième tome). Pour le second emprunté à ma chère cousine (et fortement attirée par le design de la couverture et de la quatrième de couverture).

Résumé de L’adoption :

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

Deux ouvrages de pure émotion. Vraiment cette liaison qui se noue entre Qinaya et Gabriel, c’est tendre, émouvant, doux, parfait! Je ne vais pas vous dire qu’il se passe des milliers de choses dans cette BD, car ce serait vous mentir. Non, au contraire, on vous conte le quotidien, mais d’une manière tellement belle qu’on ne peut être que charmé! La fin du premier tome est très étonnant et… Non, je ne vous dirai pas ce que j’ai ressenti car je n’aimerais pas vous laisser ne serait-ce qu’un seul petit indice. Franchissez le pas, lisez cette BD elle vaut vraiment le détour.

Le deuxième tome aborde d’autres thèmes, cette fois-ci, le ton est un peu plus dur, mais la douceur reste quand même l’écrin principal de l’histoire. J’ai été tout autant touchée par ce récit, même si certains lecteurs pourraient regretter le changement de thème. Moi j’ai trouvé chaque mot utilisé avec justesse et c’est beau. En lisant cette histoire, j’ai sourit, avec un soupçon d’amertume dans la bouche… Bref, une sensation que l’on peut ressentir au quotidien lorsqu’on vit quelque chose de magnifique avec un fond d’espoir déçu.

En bref, deux énormes coups de coeur pour ces BD qui sont différentes et complémentaires. Au passage : les dessins sont sublimes.

Ma note : 5/5

Résumé de End :

Imaginez…
Si le monde autour de vous jamais ne se mouvait.
Si le murmure du vent et le chuchotement de la pluie se répétaient inexorablement dans leur devenir monotone…
Si le silence, souverain, régnait jusqu’à ce que l’invisible ne soit vôtre…
Tel est mon univers.
Un monde où la berceuse du temps a cessé d’entonner sa complainte.
Un monde anémié, privé de toutes couleurs, où les esprits et les âmes perdues trouvent enfin la paix dans leurs mausolées solennels et sans âge…
J’ai 13 ans.
Elisabeth est mon nom.
Mes cheveux sont blancs comme la vie.
Si le cœur vous en dit, vous pourrez me rencontrer.
Mais pour cela, il vous faudra mourir….

GOTHIQUE. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit quand je veux parler de cette BD. Ce qui m’a attiré en tout premier lieu, c’est la qualité du dessin et des compositions, et là-dessus, je n’ai clairement pas été déçue. C’est sombre, mais absolument magnifique. C’est un vrai régal pour les yeux et rien que pour ça, je ne regrette pas de l’avoir ouvert.

Par contre, pour ce qui est de l’histoire, je n’ai pas été emballée. Il faut dire que c’est très complexe et surtout que je n’ai toujours pas compris où est-ce que l’autrice voulait m’emmener… Je me suis posée énormément de question tout au long de ma lecture et force est de constatée que je n’ai eu aucune réponse. C’était même pire car au fur et à mesure, des détails encore plus mystérieux s’ajoutaient. 

En bref, beaucoup de mystères, pas beaucoup de réponses. Mais des dessins absolument fabuleux avec une ambiance sombre. La question est : y aura-t-il une suite? Et est-ce que ma cousine l’achètera? (Car dans ce cas, je lui emprunterai aussi huhu) Pour la note, j’hésitais entre 3 et 4, mais la qualité du dessin gomme vraiment les défauts du scénario à mes yeux.

Ma note : 4/5

Les contes du Korrigan, tome 2 : les milles visages du diable

couv13795086Les contes du Korrigan, tome 2 : les milles visages du diable

Auteur : Jean-Luc Istin, Ronan Le Breton, Erwan Le Breton et Collectif

Editions Soleil

Paru en 2003

Genre : BD

 

Mon mari a déniché cette petite BD fort attractive à la bibliothèque municipale. En bons bretons d’adoption que nous sommes, nous aimons particulièrement découvrir les mythologies qui accompagnent nos belles contrées. Mon petit mari, n’a pas vu que c’était le second tome, mais comme ce sont plein de petites histoires sur la même thématique, cela n’a aucunement gêné la lecture. Alors allons à la rencontre du Cornik!

Pôl Gornek, Pôl Goz, Pôlic, Ar Pôtr Rouz, Ar Prins Rû, An Diaoul, le Cornik.
Vous voyez de qui je veux parler ?
C’est l’homme aux mille noms, aux mille visages, le Prince des Mensonges. En pays korrigan, on le considère plutôt comme le Prince des Pitres.
Faut avouer qu’entre un forgeron qui vous rend marteau, un meunier qui vous roule dans la farine, des korrigans qui font de vous la risée de l’Autre Monde et des menhirs qui n’hésitent pas à vous marcher sur le sabot, il y a de quoi manger ses cornes !

Alors commençons par l’aspect graphique… Les dessins sont tout bonnement sublimes! Vous voyez cette magnifique couverture? Et bien, il n’y a pas moins de soin apporté à toutes les pages de cet ouvrage. On aime à être transportés dans ces mondes fantastiques, un peu sombres, mais pas trop, avec un brin de cartoonesque à certains moments… Un régal pour les yeux!

Au niveau des histoires, plein de petits contes autour du diable sont racontés. Je n’en connaissais qu’une sur les quatre. J’ai été ravie de découvrir celles que je ne connaissais pas et de voir en image celle que je connaissais. C’est toujours un bonheur de connaître les différents mythes et légendes de nos contrées et elles sont assez simples pour que je les retienne et les raconte à mon tour. Et bien oui, on habite pas au pays de Brocéliande sans que les visiteurs attendent de vous une bonne histoire pleine de magie et de mystère.

Le diable, qui est un peu le personnage principal de l’ouvrage n’a pas la tête qu’on lui mettrait habituellement (vous savez, le petit moustachu tout rouge de colère avec une queue en pointe et des petites cornes). C’est plutôt agréable et le choix de sa représentation est très judicieux puisqu’il est censé vous séduire pour faire en sorte que vous lui donniez son âme.

En bref,

Un vrai coup de cœur pour cette bande-dessinée. Des dessins superbes qui illustrent des contes bien de chez nous à la perfection, avec humour et fantasy. Je pense même que je me le procurerai un jour, avec pourquoi pas tous les autres tomes de la collection.

Ma note : 5/5